GHELFI Gilbert

Par Antonio Bechelloni, Jean-Luc Marquer

Né le 16 décembre 1923 à La-Mure (Isère), sommairement exécuté le 17 août 1944 à Livet-et-Gavet (Isère) ; ouvrier mineur ; résistant F.T.P.F., homologué sergent des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant

Gilbert Ghelfi était le fils de Joseph, mineur, et de Carolina Paolini.
Célibataire, il habitait au Villaret, un hameau de la commune de Susville (Isère) et était ouvrier mineur à la Compagnie des mines de La Mure.
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit 1er Bataillon F.T.P.F. le 1er avril 1944. Il fut nommé sergent en juillet 1944 par son chef direct, le capitaine Bel
Fait prisonnier par les Allemands le 17 août 1944, et interrogé par la Gestapo dans la maison qu’elle avait réquisitionnée à Rioupéroux, un bourg de la commune de Livet-et-Gavet (Isère), il fut sommairement exécuté d’une balle dans la nuque, le même jour vers 16 heures, selon son acte de décès.
Son corps fut trouvé le 19 août 1944 au lieu-dit "Fonfroide" à Gavet, commune de Livet-et-Gavet.
Il obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué résistant, sergent des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant pour la journée du 17 août 1944.
Gilbert Ghelfi fut décoré de la Médaille de la Résistance et de la Croix de guerre avec palme à titre posthume.
Son nom figure sur le monument aux morts de Susville, sur un monument commémoratif érigé par le Souvenir Français à Livet-et-Gavet, sur le Monument Commémoratif aux FFI et résistants de la Matheysine morts pour la France à La Mure (Isère), sur la plaque commémorative de la compagnie des Mines de La Mure à Susville (Aujourd’hui dans le hall d’entrée du lycée professionnel, anciens bureaux de la compagnie, Isère) et sur le Mémorial du maquis de l’Oisans à Livet-et-Gavet (nom orthographié Guelfi).


Voir : Livet-et-Gavet

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article224199, notice GHELFI Gilbert par Antonio Bechelloni, Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 13 mars 2020, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Antonio Bechelloni, Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 416 — SHD Vincennes GR 16 P 253721, GR 19 P 38/18— Mémoire des hommes — Mémorial GenWeb — Site Maquis de l’Oisans — SOURCES : Pia Carena Leonetti, Les Italiens du maquis, Paris, Les Éditions mondiales — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément