AUDOUX Georges, Gilbert

Par Eric Panthou

Né le 22 septembre 1919 à Limoges (Haute-Vienne), mort au combat le 1er août 1944 au Bourguet, commune de Tralaigues (Puy-de-Dôme) ; peintre ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils de Gilbert et de Jeanne Langevin, Georges Audoux épousa Georgette Guillot.
Georges Audoux était peintre et habitait rue de la Mauge à Montluçon (Allier).

Résistant au sein des FFI, sous-lieutenant, il a été tué le 1er août 1944 à Tralaigues (Puy-de-Dôme) dans des circonstances qu’on ignore.

Il a été reconnu "Mort pour la France", homologué FFI.

Un Audoux, membre de la 5éme compagnie du camp de Saint-Gènes-Champespe (Puy-de-Dôme) des Mouvements unis de la Résistance (MUR) est signalé comme mort au combat après le 12 juin 1944 et après avoir quitté la compagnie, sans autre précision. Il est possible qu’il s’agisse de Georges Audoux.

Son nom figure sur une stèle inaugurée à l’occasion de la Sainte-Barbe fin 2019 à Tralaigues. Selon cette stèle, Georges Audoux avait 32 ans et non 25 ans comme l’indiquent ses dossiers au service historique de la Défense. Un doute subsiste donc sur son lieu et date de naissance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article224411, notice AUDOUX Georges, Gilbert par Eric Panthou, version mise en ligne le 17 mars 2020, dernière modification le 4 juin 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 22194, dossier Georges Audoux (nc). — AVCC Caen, AC 21 P 10366, dossier Georges Audoux (nc). — « Une stèle pour les morts pour la France », La Montagne, édition Riom, 17 décembre 2019. — SHD Vincennes, GR 19 P 1 : état des morts ayant appartenu à la 5éme compagnie du camp de Saint-Gènes-Champespe. — Mail d’Alain Godignon, 1er juin 2021. — État-civil Tralaigues.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément