BARDONNET Jean-Marie, Octave

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 18 avril 1917 à Faux-Fresnay (Marne), mort en action le 28 août 1944 à Gaye (Marne) ; ouvrier meunier ; résistant, CDLR-FFI.

Jean-Marie Bardonnet
Jean-Marie Bardonnet
SOURCE : 
Pierre Servagnat, La Résistance et les FFI
dans l’arrondissement d’Épernay

Jean-Marie Bardonnet était le fils de Jean Marie Bardonnet, domestique de culture, et de Lucie Marie Louise Cordelle, sans profession. Il avait épousé Gilberte Éliane Bradier le 12 avril 1941 à Pleurs (Marne), et le couple était domicilié à Gaye où Jean-Marie Bardonnet exerçait la profession d’ouvrier-meunier.

Il rejoignit le groupe CDLR-FFI (Ceux de la Résistance-Forces françaises de l’intérieur) de Sézanne. À la fin du mois d’août 1944, ce groupe, qui constituait le groupe 16 du secteur D des FFI de l’arrondissement d’Épernay commandé par Raymond Moutardier, se déploya dans le sud-ouest du département de la Marne en attendant l’arrivée des troupes américaines.
Le 28 août 1944 vers 17 heures, une section FFI appartenant à ce groupe et commandée par Pierre Noblin, qui revenait d’une mission à Pleurs (Marne), fut prise sous le feu meurtrier de mitrailleuses allemandes provenant d’un bois, au lieu-dit Frécul situé sur le territoire de la commune de Gaye, au bord de la RD 76 qui relie Gaye à Marigny-Thaas.
Les FFI parvinrent à se replier avec l’aide d’un véhicule américain qui emmena les blessés à l’Hôpital de Sézanne.

Six FFI ont été tués sur le lieu de l’accrochage : Jean-Marie Bardonnet, Julien Bidault, Marcel Dutripon, Maurice Henry, Bernard Leroy et Oscar Verrier.

Cinq FFI sont décédés des suites de leurs blessures à l’Hôpital de Sézanne : Marcel Barnier le jour-même, Antoine André, Pierre Fabry, Pierre Maréchal et Guy Perchat le lendemain 29 août 1944.

Pierre Noblin, blessé lui aussi, est décédé le 29 août 1944 à Sézanne, à son domicile.

Jean-Marie Bardonnet est inhumé dans le cimetière de Gaye.

Il a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI et RIF. La Médaille de la Résistance lui a été décernée par décret du 23 octobre 1945 publié au JO le lendemain.

À Gaye, le nom de Jean-Marie Bardonnet est inscrit sur la stèle érigée sur le bord de la RD 76 à la mémoire des FFI tués dans les combats de la Libération, et sur la plaque commémorative « 1944-FFI » apposée sur le monument aux morts communal.
Il figure également sur la liste des « Tués au combat » du Monument aux martyrs de la Résistance à Épernay (Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article224482, notice BARDONNET Jean-Marie, Octave par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 20 mars 2020, dernière modification le 9 février 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Jean-Marie Bardonnet
Jean-Marie Bardonnet
SOURCE : 
Pierre Servagnat, La Résistance et les FFI
dans l’arrondissement d’Épernay
Dans le cimetière de Gaye
Dans le cimetière de Gaye
Sur le bord de la RD 76 à Gaye
Sur le bord de la RD 76 à Gaye
Sur le monument aux morts de Gaye
Sur le monument aux morts de Gaye
Sur le monument aux martyrs de la Résistance</br> à Épernay
Sur le monument aux martyrs de la Résistance
à Épernay
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 13 904. – SHD, Vincennes, GR 16 P 32864. – Arch. Dép. Marne, M 4774, Membres de la résistance tués au combat ou fusillés après capture. – Raymond Moutardier, Sézanne et la Résistance-Témoignage de Raymond Moutardier, chef régional des FFI, Imprimerie Émile Choquet, Épernay, 1945. – Pierre Servagnat, La Résistance et les Forces Françaises de l’Intérieur dans l’arrondissement d’Épernay-Souvenirs du capitaine Servagnat (photo), Imprimerie de Montligeon, 1946. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013. – Mémorial GenWeb. – État civil, Faux-Fresnay (acte de naissance) ; Gaye (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément