BIDAULT Julien, Ernest, Léon

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 19 février 1924 à Gaye (Marne), mort en action le 28 août 1944 à Gaye ; ouvrier agricole ; résistant, CDLR-FFI.

Julien Bidault
Julien Bidault
SOURCE : 
Pierre Servagnat, La Résistance et les FFI
dans l’arrondissement d’Épernay

Julien Bidault était le fils de Jules Bidault, domestique de culture, et de Céline Julie Petit, sans profession. Il avait épousé Alice Germaine Thunin le 6 juin 1942 à Gaye, où le couple était domicilié et où Julien Bidault exerçait la profession d’ouvrier agricole.

Il rejoignit le groupe CDLR-FFI (Ceux de la Résistance-Forces françaises de l’intérieur) de Sézanne. À la fin du mois d’août 1944, ce groupe, qui constituait le groupe 16 du secteur D des FFI de l’arrondissement d’Épernay commandé par Raymond Moutardier, se déploya dans le sud-ouest du département de la Marne en attendant l’arrivée des troupes américaines.
Le 28 août 1944 vers 17 heures, une section FFI appartenant à ce groupe et commandée par Pierre Noblin, qui revenait d’une mission à Pleurs (Marne), fut prise sous le feu meurtrier de mitrailleuses allemandes provenant d’un bois, au lieu-dit Frécul situé sur le territoire de la commune de Gaye, au bord de la RD 76 qui relie Gaye à Marigny-Thaas.
Les FFI parvinrent à se replier avec l’aide d’un véhicule américain qui emmena les blessés à l’Hôpital de Sézanne.

Six FFI ont été tués sur le lieu de l’accrochage : Julien Bidault, Jean-Marie Bardonnet, Marcel Dutripon, Maurice Henry, Bernard Leroy et Oscar Verrier.

Cinq FFI sont décédés des suites de leurs blessures à l’Hôpital de Sézanne : Marcel Barnier le jour-même, Antoine André, Pierre Fabry, Pierre Maréchal et Guy Perchat le lendemain 29 août 1944.
Pierre Noblin, blessé lui aussi, est décédé le 29 août 1944 à Sézanne, à son domicile.

Julien Bidault a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI et RIF. La Médaille de la Résistance lui a été décernée par décret du 23 octobre 1945 publié au JO le lendemain.

À Gaye, le nom de Julien Bidault est inscrit sur la stèle érigée sur le bord de la RD 76 à la mémoire des FFI tués dans les combats de la Libération, et sur la plaque commémorative « 1944-FFI » apposée sur le monument aux morts communal.

Il figure également sur la liste des « Tués au combat » du Monument aux martyrs de la Résistance à Épernay (Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article224484, notice BIDAULT Julien, Ernest, Léon par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 20 mars 2020, dernière modification le 10 février 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Julien Bidault
Julien Bidault
SOURCE : 
Pierre Servagnat, La Résistance et les FFI
dans l’arrondissement d’Épernay
Dans le cimetière de Gaye
Dans le cimetière de Gaye
Sur la stèle de la RD 76
Sur la stèle de la RD 76
Sur le monument aux morts de Gaye
Sur le monument aux morts de Gaye
Sur le monument aux martyrs de la Résistance</br> à Épernay
Sur le monument aux martyrs de la Résistance
à Épernay
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 22 907. – SHD, Vincennes, GR 16 P 58662. – Arch. Dép. Marne, M 4774, Membres de la résistance tués au combat ou fusillés après capture. – Raymond Moutardier, Sézanne et la Résistance-Témoignage de Raymond Moutardier, chef régional des FFI, Imprimerie Émile Choquet, Épernay, 1945. – Pierre Servagnat, La Résistance et les Forces Françaises de l’Intérieur dans l’arrondissement d’Épernay-Souvenirs du capitaine Servagnat (photo), Imprimerie de Montligeon, 1946. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013. – Mémorial Gen Web. – État civil, Gaye (acte de naissance et acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément