MABILLE Jean, Charles, dit ROUSSEAU Jean [écrit parfois MABILE]

Né le 20 décembre 1812 à Bazeilles-sur-Othain (Meurthe) ; mort le 7 février 1882 à l’hospice de Bicêtre ; militant de 1848 ; il exerçait le métier de marchand d’articles de bureau ; commissaire de police du quartier de la Chaussée d’Antin sous la Commune de Paris.

Il s’était marié à Paris en 1842 ; veuf en 1871, il vivait en concubinage.
Mabille avait été arrêté au cours des événements de Juin 1848 pour avoir travaillé à la construction d’une barricade et avait été condamné, en 1849, à dix ans de détention par le conseil de guerre du 26 février 1849. Il fut enfermé à Doullens (Somme), Belle-Île (Morbihan), puis Corte (Corse), d’où il fut libéré en 1859.

Établi au Havre à l’expiration de sa peine, il y fut condamné, le 14 avril 1863, à quinze jours de prison pour vol, et le 12 avril 1864 à 25 F d’amende pour outrages à agents. Revenu à Paris, il fut détenu à Mazas pour affiliation à « des sociétés secrètes ». On avait trouvé chez lui un portrait de Blanqui, des brouillons de lettres à Raspail et à diverses notabilités politiques. Il fréquentait à cette époque Gromier, Tolain, A. Dupont et Mégy.

Domicilié, en 1870, rue Desnoyers, n° 7, il fut, durant le Siège, attaché à la mairie du IIe arr. et délégué, le 18 mars 1871, au commissariat Saint-Vincent-de-Paul, puis inspecteur auprès du commissaire de police du quartier de la Chaussée d’Antin, IXe arr.
En novembre 1872 seulement, il quitta Paris (après avoirs d’ailleurs bénéficié d’un non-lieu dans une affaire de vol) et passa à Genève et de là en Angleterre sous le faux nom de Rousseau. Il fut condamné par contumace, le 30 janvier 1874, par le 3e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Arrêté le 10 novembre 1874, il vit sa condamnation confirmée le 7 décembre et fut déporté en Nouvelle-Calédonie. Amnistié en 1879, il revint en France par la Loire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article224599, notice MABILLE Jean, Charles, dit ROUSSEAU Jean [écrit parfois MABILE], version mise en ligne le 20 mars 2020, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/848 et H Colonies, carton 90. — Arch. Min. Guerre, 3e conseil, dossier 1940. — Arch. PPo., listes de contumaces, listes d’amnistiés et B a/1098. — J.-Y. Mollier, Dans les bagnes de Napoléon III. Mémoires de C. F. Gambon, Centre des Correspondances du XIXe siècle, Paris IV-Sorbonne, PUF, 1983. — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément