CHEVALIER Jean-Baptiste

Par Jean Lorcin

Cheminot ; communiste de la Loire.

Marchand forain, candidat communiste aux élections municipales de Saint-Étienne (Loire) en 1930, Jean-Baptiste Chevalier obtint au premier tour 2 757 suffrages sur 28 794 votants.
Est-ce le même que le cheminot Chevalier qui, après la scission de janvier 1923, entra au Comité directeur de la Fédération départementale du Parti communiste SFIC, dit « moscoutaire » par opposition à la tendance « unitaire » de Ferdinand Faure qui allait former l’« Union socialiste communiste » dans la Loire ? Fin 1924, dans le cadre de la réorganisation du Parti sur le modèle bolchevique, Chevalier représenta la Loire, avec Follet* et Pétrus Faure* au bureau de la nouvelle Fédération régionale, dite du « Centre », que l’on avait substituée aux Fédérations départementales : englobant les départements du Rhône, de la Loire, de la Haute-Loire et de la Saône-et-Loire, elle avait son siège à Lyon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article2246, notice CHEVALIER Jean-Baptiste par Jean Lorcin, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 13 avril 2012.

Par Jean Lorcin

SOURCES : Arch. Nat. F7/13121, Saint-Étienne, 3 juillet 1930. — Arch. Dép. Loire, dossiers politiques 1920-1925 (M 541). — La Tribune républicaine, 14, 22 et 28 juillet 1930.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément