BRAILLON Hubert

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 7 juin 1920 à Fontainebleau (Seine-Marne), mort en action le 26 septembre 1944 à Magny-Danigon (Haute-Saône) ; militaire ; résistant des forces françaises de l’intérieur (FFI).

Hubert Braillon était le fils de blanche Marie Adrienne Bouchet. Il était célibataire et domicilié à Saint-Laurent-en-Brionnais (Saône-et-Loire).
Il entra dans la Résistance à l’armée secrète du maquis de Beaubery puis s‘engagea dans les Forces françaises de l’intérieur du bataillon du Charollais, où il fut affecté à la 3e compagnie. Le bataillon participa ensuite à la campagne des Vosges avec la 1re division blindée du général Touzet du Vigier.
De durs combats eurent lieu dans la région de Ronchamp et Magny-Danigon. Hubert Braillon fut tué à l’ennemi le 26 septembre 1944 à 19 heures à Magny-Danigon (Haute-Saône).
L’acte de décès fut dressé le 29 septembre sur la déclaration de Marcel Berger, sergent chef au bataillon du Charollais.
Il obtint la mention « Mort pour la France », transcrite sur son acte de décès et fut homologué comme soldat de 2e classe des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Saint-Laurent-en-Brionnais et sur le Mémorial 1939-1945, à Beaubery (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article224640, notice BRAILLON Hubert par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 20 mars 2020, dernière modification le 20 mars 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Site du Maquis de Beaubery-Bataillon du Charollais.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément