DAURAT François, Louis, Gustave

Par Pierre-Henri Zaidman

Né le 11 octobre 1851 à Bordeaux (Gironde) ; cordonnier, domicilié 52, rue de Chartres (XVIIIe arr.) ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Fils d’un cordonnier, et frère d’Émile, François, Daurat s’engagea dans le corps de l’Étoile avec Garibaldi pendant la guerre ; à sa libération il gagna Paris où il s’engagea dans la 1ère compagnie de marche du 177e bataillon fédéré et fut élu sergent, rejoint par son frère aîné, il prit part à la lutte à la redoute du moulin Sacquet et aux barricades de la place d’Italie. Il fut arrêté le 23 mai 1871 et détenu à Chartres (Eure-et-Loir).
Le rapport d’instruction le qualifia de « mauvais sujet, vagabond de la pire espèce » et il fut condamné le 15 mai 1872 à la déportation en enceinte fortifiée. Détenu au fort de Quélern (Finistère), il embarqua sur le Var le 28 septembre 1872 et arriva à la presqu’ile Ducos le 9 février 1873 ; le 7 mai 1877 sa peine fut commuée en déportation simple puis en bannissement de dix ans le 8 mai 1879 puis entièrement remise le 8 mai 1880, il rentra par la Creuse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article224686, notice DAURAT François, Louis, Gustave par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 21 mars 2020, dernière modification le 21 mars 2020.

Par Pierre-Henri Zaidman

SOURCES : Arch Min Guerre GR 8 J 402 (44.). — ANOM COL H 77.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément