DESHOMMAIS Albert

Par Jacques Girault

Né le 5 mars 1923 à Chalivoy-Milon (Cher) ; instituteur ; résistant, syndicaliste du SNI et de la FOL dans l’Allier.

Albert Deshommais était fils d’un gendarme sympathisant radical-socialiste et d’une catholique, « très croyante mais très tolérante », qui lui firent donner une instruction catholique. Élève du cours complémentaire de Lurcy-Lévis (Allier), dirigé par le militant socialiste et syndicaliste, André Boutry, il entra à l’École normale d’instituteurs de Moulins en 1940.

Il fut incorporé au groupement 22 des Chantiers de Jeunesse à Messeix (Puy-de-Dôme), le 7 juillet 1943. Il fut un des 165 jeunes arrêtés par les Allemands et incarcérés à Clermont-Ferrand (13 octobre- 20 novembre 1943). Affecté à la manufacture d’armes de Tulle (Corrèze), réfractaire à partir du 23 décembre, il rejoignit les FFI du Cher (Groupement Bertrand) du 20 août au 13 septembre 1944 et s’engagea pour la durée de la guerre. Envoyé tour à tour sur le front à Royan, en Alsace, dans le Wurtemberg, en Sarre, il fut démobilisé le 5 novembre 1945. Il fut homologué membre des FFI.

Albert Deshommais effectua son année de stage en 1945-1946. Instituteur, il exerça à Monétay-sur-Loire (1946-1955) puis fut détaché à la Fédération des œuvres laïques comme secrétaire administratif. Il reprit un poste d’instituteur à l’école Louis Blanc (1962-1966) à Moulins, puis la dirigea jusqu’à sa retraite en 1978.
Il épousa à l’église en août 1946, à Paray-le-Frésil (Allier), une institutrice, Marie-Louise Charmillon de la même promotion que lui à l’école normale. Ils eurent trois enfants qu’ils firent seulement baptiser.

Membre du Syndicat national des instituteurs en 1946, il fut élu en 1947 au conseil syndical de la section départementale sur la liste « majoritaire » conduite par Boutry. Il devint trésorier adjoint chargé de la diffusion de L’École libératrice. Secrétaire aux affaires administratives de 1956 à 1972, il exerça la responsabilité de secrétaire général de 1966 à 1969. Il fut élu au conseil départemental de l’enseignement primaire (1956-1972), et pendant la même période, à la commission administrative paritaire départementale et au comité technique paritaire.

Sympathisant socialiste, Deshommais militait à la Fédération des œuvres laïques. À Monétay, il créa une coopérative scolaire puis une amicale laïque qui organisait une fête de fin d’année et des voyages. Secrétaire de la FOL, il participa à l’organisation des fêtes départementales de la jeunesse. Il participa aussi, dans le cadre du Comité départemental d’action laïque, à l’organisation de la campagne de signatures contre la loi Debré et des déplacements pour le rassemblement de Vincennes.

Militant mutualiste, il siégea au conseil d’administration de la section départementale de la Mutuelle générale de l’éducation nationale (1962-1978).

Retraité, veuf en 1986, Deshommais remplaça son épouse comme Délégué départemental de l’Éducation nationale dans le canton de Moulins pendant une dizaine d’années. Il resta membre du Syndicat des enseignants-UNSA et de la Fédération générale des retraités de la Fonction publique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22473, notice DESHOMMAIS Albert par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 28 octobre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : SHD, Vincennes GR 16 P 179391. — Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément