BUSSON Louis

Par Dominique Tantin

Né le 17 novembre 1905 à Saint-Salvadour (Corrèze), mort des suites de ses blessures le 8 juin 1944 à Tulle (Corrèze) ; charron ; résistant FTP.

Louis Busson, fils d’Antoine et de Marie Plas, avait épousé Françoise Antoinette Combes. Il fut victime des SS de la division Das Reich.
Le 8 juin dans la soirée, l’avant-garde de la division parvint à Tulle, portant secours à la garnison allemande que l’assaut des FTP les 7 et 8 juin n’était pas parvenu à neutraliser. De terribles représailles, on le sait, allaient s’abattre sur la population le lendemain.
Un doute subsiste sur le lieu où Louis Busson fut grièvement blessé ce soir-là par les tirs des SS. Dans son ouvrage consacré au parcours de la Das Reich, l’historien Guy Penaud écrit : « Les hommes de la colonne de la Das Reich parcoururent les rues de la ville [Tulle], tirant sur des tireurs isolés, abattant des civils qui avaient l’audace de se montrer aux fenêtres ou arrêtant des maquisards à brassard FTP très démoralisés. » Suit une liste de victimes commençant par Gabriel Besse et Louis Busson. Toutefois, sur les fiches en ligne sur MémorialGenWeb aux noms de Gabriel Besse et Louis Busson, dont les noms sont inscrits sur plusieurs plaques et monuments de la commune de Seilhac (et non à Tulle) il est écrit qu’ils furent tués « lors du passage des troupes d’occupation dans la commune », entendre ici Seilhac, une commune située à quelques kilomètres au nord au chef-lieu de Corrèze, et qui aurait donc été atteinte dès la soirée du 8 par des éléments précurseurs de la Das Reich. Quoi qu’il en soit, les deux hommes furent transportés à l’hôpital de Tulle où ils succombèrent dans la soirée.
Si MémorialGenWeb indique que ce sont des victimes civiles, il existe sur la base Mémoire des Hommes des fiches à leurs noms, attestant de leurs homologations en tant que FFI et Internés résistants. La médaille de la Résistance leur fut décernée à titre posthume par décret en date du 11 mai 1954. Enfin, une plaque fut apposée le 8 septembre 1946 au mur du 40, route Nationale, au centre du bourg de Seilhac, au domicile de Gabriel Besse et Louis Busson. Les quatorze noms sont accompagnés de l’inscription : "Union des femmes françaises de Seilhac aux Héros de la Résistance à la barbarie nazie, 1940-1944, leur sacrifice nous a rendu la Liberté". L’origine de cette plaque et le contexte conduit à émettre l’hypothèse d’une appartenance aux FTP.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article224877, notice BUSSON Louis par Dominique Tantin, version mise en ligne le 25 mars 2020, dernière modification le 25 mars 2020.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Guy Penaud, La Das Reich, 2e SS Panzer Division, Périgueux, Éd. La Lauze, 2005, p. 191, 512. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 98547 et Caen SHD/ AC 21 P 720030 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément