MACÉ Jean-François (dit Jean-François Lapinet)

Par Michel Germain

Né le 11 janvier 1924 à Paris (VIe arr.), exécuté sommairement le 13 avril 1944 à La Balme-de-Thuy (Haute-Savoie) ; résistant des Glières.

Jean-François Macé était le fils de Jean Charles et d’Anne Mélanie Suzanne Pacheu, son épouse. La famille habitait rue de Vaugirard.
Il gagna, en 1943, les maquis de Haute-Savoie avec son frère André. Après divers camps et accrochages, tous deux montèrent sur le Plateau des Glières au sein de la section « Allobroges », commandée par André (futur officier dans l’armée française). Après les combats et l’ordre de décrochage du 26 mars 1944, il réussit avec toute la section à regagner sa base de départ du Grand-Bornand.
Malheureusement Jean-François Macé (dit Jean-François Lapinet) fut arrêté par une patrouille allemande au Grand-Bornand, le 1er avril 1944 et sommairement exécuté à La Balme-de-Thuy au lieu-dit les Îles, le 13 avril 1944, à 6 heures et demie du matin.
Jean-François Macé est inhumé dans la nécropole militaire nationale de Morette, tombe n°39. Il est déclaré « Mort pour la France » le 3 mai 1945. Une stèle a été élevée en 1994 sur le lieu de la fusillade et son nom est gravé sur le Mur du souvenir érigé à l’entrée de Morette.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article224941, notice MACÉ Jean-François (dit Jean-François Lapinet) par Michel Germain, version mise en ligne le 26 mars 2020, dernière modification le 26 mars 2020.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément