MACHENAUD Louis, Marcel, Léonard

Par Michel Germain

Né le 15 août 1902 à Annecy (Haute-Savoie), exécuté sommairement le 15 juin 1944 à Annecy ; cultivateur ; résistant Armée Secrète (AS)-Mouvements Unis de Résistance (MUR).

Fils de François Marius, négociant, et de son épouse Victorine Françoise, ménagère, Louis Machenaud était le frère aîné de Fernand*. Le 15 octobre 1926 à Annecy, il épousa Simone Marie Augustine Jacquet. Il habitait dans la grande clairière cultivable des Puisots, sur la route qui mène d’Annecy au Semnoz. Son frère Fernand Machenaud devint responsable du maquis A.S. du Revard, dans le massif des Bauges (Savoie) et aussi chef du secteur M.U.R. d’Aix-les-Bains. Au début du mois de juin 1944 son groupe avait de constants accrochages dans le Revard avec l’ennemi. Le 14, « Dumas » reçut l’ordre de dispersion. Il revint donc aux Puisots, clairière située à quelques kilomètres d’Annecy sur la route du Semnoz.
Le lendemain le 15 juin 1944, au petit matin, les Allemands guidés par des miliciens du cru, cernèrent la clairière. Les quatre hommes (Fernand et son frère Louis, le fils Loulou et le cafetier Petit) ne purent s’enfuir. René Dépollier dans son journal clandestin a écrit : « Loulou fut emmené dans la grange de monsieur Carrier. Fernand et Louis Machenaud laissés dans la maison ; Petit placé dans son garage. Tous furent alors liés à l’aide de fil de fer et attachés soit à une voiture, soit à des meubles afin qu’ils ne puissent s’échapper. Les soldats vidèrent plusieurs bières et incendièrent les maisons Carrier, Volland, Machenaud et Petit. Les malheureux périrent carbonisés ».
L’occupant a donc assassiné ce 15 juin 1944 Fernand et Louis Machenaud, Louis dit Loulou* 17 ans et Joseph Petit*. L’émotion fut très grande à Annecy. Et encore ignorait-t-on que les Allemands, en même temps, fusillaient dans le village voisin de Vieugy. (Mémorial de l’oppression 3808 W 1375).
En octobre 1944, le journal Les Allobroges écrivit : «  Cette horrible tragédie dont rien n’effacera le souvenir, parmi beaucoup d’autres drames, marquera d’un sceau indélébile et ignominieux les crimes d’une armée qui, à la veille de la défaite, se révèle comme un ramassis de brigands de grands chemins, montrant le vrai visage du fascisme et de l’hitlérisme : celui d’une bête monstrueuse qui doit être impitoyablement traquée et abattue ».
Louis Machenaud fut reconnu « Mort pour la France », (dossier n° 66 768 et acte de décès Annecy 327/1944) et reçut la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret en date du 22 juin 1960.
Une imposante colonne de granite rappelle le drame des Puisots, aujourd’hui centre de loisirs multiples. Louis figure sur les plaques de marbre noir récapitulatives des « Morts pour la France » apposées dans le hall de la mairie d’Annecy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article224980, notice MACHENAUD Louis, Marcel, Léonard par Michel Germain, version mise en ligne le 27 mars 2020, dernière modification le 8 mai 2020.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes. — Acte de naissance en ligne (Arch. Dép. de Haute-Savoie).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément