GUERRIER Jeanne, Léontine, Georgette [née PROUTEAU]

Par Michel Thébault

Née le 29 mars 1913 à Abilly (Indre-et-Loire), massacrée le 25 août 1944 à Maillé (Indre-et-Loire) ; épicière ; victime civile.

Jeanne Prouteau était la fille de Louis, Ernest Prouteau (né le 16 juillet 1878 à Abilly) cultivateur et de Marie, Berthe, Joséphine Blanchard (née le 2 mars 1884 à Pouligny-Saint-Pierre, Indre). Ses parents s’étaient mariés le 14 avril 1902 à la mairie du Blanc (Indre). Domiciliés à Abilly, au lieu-dit Rives, ils eurent 8 enfants dont Jeanne née en 1913 fut la quatrième. Elle épousa à la fin des années 30 Émile, Pierre Guerrier, né à Maillé le 9 août 1914, et dont les parents étaient domiciliés à Maillé. Au recensement de 1936, le père de son mari Émile Guerrier, né lui aussi à Maillé en 1880, était employé au camp militaire voisin de Nouâtre (Indre-et-Loire), entrepôt de Réserve Générale de matériel de transmissions (dépôt de matériels du Génie et de télégraphie militaire).

Le mari de Jeanne Prouteau fut mobilisé en septembre 1939 et participa aux combats de la campagne de France. Soldat au 64ème Régiment d’Infanterie, un régiment reformé début juin 40 à partir d’éléments issus d’unités diverses et intégré dans la 236ème Division Légère d’Infanterie constituée le 5 juin 1940 pour tenter d’arrêter l’avancée allemande, il fut fait prisonnier. La liste des prisonniers de guerre du 5 octobre 1940 fournie par les autorités allemandes indique qu’il était alors interné au Frontstalag 180 d’Amboise, Indre-et-Loire (ouvert d’octobre 1940 à mars 1941) avant sans doute d’être conduit dans un stalag en Allemagne. Son fils Michel, Jean Pierre Guerrier naquit à Maillé le 15 décembre 1940 (il ne put jamais connaître son père).

Jeanne Guerrier tenait en 1944 une épicerie au bourg de Maillé. Elle fut, avec son fils Michel, victime du massacre de Maillé. Le 25 août dès neuf heures du matin le village fut cerné par les troupes allemandes. Le massacre commença dans les champs, les jardins, les maisons et jusque dans les caves. Sur les 500 habitants que comptait Maillé, il y eut 124 victimes. Elle fut abattue dans son cellier avec son fils Michel et une amie Marie Henriette Bruzeau, elle aussi femme de prisonnier.

Elle obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument commémoratif dressé dans le cimetière de Maillé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225013, notice GUERRIER Jeanne, Léontine, Georgette [née PROUTEAU] par Michel Thébault, version mise en ligne le 28 mars 2020, dernière modification le 27 avril 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Indre et Indre-et-Loire (état civil, recensements) — Site Gallica, liste officielle des prisonniers de guerre — Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément