GRYLAK Israël

Par Jean-Luc Marquer

Né le 15 juillet 1886 à Lodz (Pologne), sommairement exécuté le 2 juillet 1944 à Saint-Étienne-de-Crossey (Isère) ; commerçant ; victime civile

Juif polonais, Israël Grylak était le fils de Lipman et de Chawa Bronoswski.
Il était veuf d’Estera Trepman.
Il exerçait la profession de commerçant.
Nous ne savons rien de son itinéraire, si ce n’est que, comme de nombreux juifs, il se réfugia après le 11 novembre 1942 dans la zone d’occupation contrôlée par les Italiens, réputée plus sûre.
Il habitait à Saint-Martin-d’Uriage (Isère).
Le 2 juillet 1944, Israël Grylak se trouvait en visite chez Marcus Heitner, comme lui originaire de Lodz (Pologne), qui habitait à Saint-Étienne-de-Crossey (Isère), route de Saint-Laurent-du-Pont, avec sa femme, sa fille et son gendre depuis le début de l’année 1944.
Plusieurs Miliciens sous uniforme allemand venus de Grenoble et commandés par Guy Éclache arrivèrent dans deux tractions avant et s’introduisirent chez Marcus Heitner.
Son gendre était alors absent.
Les deux hommes furent violemment battus puis emmenés en voiture.
À 1km500 du bourg, à proximité du lieu-dit "Moulin Blanc" sur l’ancienne route de Voiron, ils furent extraits du véhicule et sommairement abattus.
Il furent transportés, mourants ou morts, à l’hôpital de Voiron (Isère), commune limitrophe, de Saint-Étienne-de-Crossey, où leur décès fut constaté.
Les actes de décès furent dressés à la mairie de Voiron et les corps furent enterrés au cimetière communal.
Le nom d’Israël Grylak figure sur le monument aux victimes de la barbarie nazie et de la milice érigé en 1984 à Voiron.


Voir : Voiron

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225019, notice GRYLAK Israël par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 29 mars 2020, dernière modification le 3 février 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 412, 599 et 673 — Geneanet

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément