COTTAZ Maria, Andréa

Par Jean-Luc Marquer

Née le 14 septembre 1926 à Vienne (Isère), abattue le 3 juillet 1944 à Voiron (Isère) ; tisseuse ; victime civile

Maria, Andréa Cottaz était la fille de Jean, Louis et de Maria, Anaïs Collin-David.
Célibataire, elle habitait chez sa grand-mère 18 avenue Gambetta à Voiron (Isère).
Le 3 juillet 1944, une opération de police menée par des miliciens et des membres du P.P.F. venus de Grenoble (Isère) entraîna l’arrestation de six personnes qui furent conduites dans les locaux de la Gestapo de Grenoble puis ensuite déportées.
Cette opération terminée, vers 18 heures, des troupes allemandes prirent position dans Voiron et mirent en batterie des fusils-mitrailleurs dans toutes les rues donnant accès à la place de la République.Les soldats tiraient dès qu’ils apercevaient une personne quelconque.
Maria Cottaz se trouvait en compagnie de sa mère. Les deux femmes voulaient regagner leur domicile mais, vers 20h30, Maria Cottaz fut abattue sans sommation à l’angle de la rue Genevoise et de la place Saint-Bruno.
Transportée à l’hôpital de Voiron, elle y mourut trois heures plus tard d’une hémorragie interne.
Elle fut enterrée dans le caveau familial au cimetière de Voiron.
Son nom figure sur le monument aux victimes de la barbarie nazie et de la Milice érigé en 1984 à Voiron.


Voir : Voiron

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225024, notice COTTAZ Maria, Andréa par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 29 mars 2020, dernière modification le 16 juillet 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 412 et 673 — Geneanet

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément