PLANEIX Marie Gabrielle, épouse GRIMALDI

Par Eric Panthou

Née le 13 juillet 1890 à Ceyrat (Puy-de-Dôme), exécutée sommairement par la Milice le 11 août 1944 à Parentignat (Puy-de-Dôme) ; enseignante à Paris ; résistante.

Fille de Pierre, cultivateur, et d’Annette, née Jean, sans profession, Marie Gabrielle Planeix -plus connue sous le prénom d’Augustine- s’est mariée le 4 février 1909 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) avec Pierre Martin avec qui elle eut un fils, Eugène, plâtrier-peintre, et une fille. Elle s’est remariée le 21 avril 1928 à Clermont-Ferrand avec Vittore Pasquale Grimaldi.
Elle avait deux sœurs et deux frères et habitait au 26 de l’avenue des Martins à Auzat-sur-Allier (Puy-de-Dôme) en 1944. Son mari était peut-être mineur.

Elle a été enseignante au lycée Jean-de-la-Fontaine dans le XVIe arrondissement de Paris. Une de ses collègues, résistante y fut arrêtée par la Gestapo, puis torturée et déportée dans un camp le 7 août. Si Marie-Gabrielle Planeix n’appartient pas à un réseau particulier de Résistance, elle informe cette dernière des mouvements des troupes allemandes et de la milice. Un engagement qui lui valut d’être arrêtée chez elle par les miliciens le 4 août 1944. La ville d’Issoire hébergeait depuis le 10 juillet un groupe de miliciens du Var conduits par leur chef, Henri Puech. Ils commirent plusieurs exactions durant leur séjour à la caserne avant de partir en direction de Clermont-Ferrand le 19 août 1944.
Selon la mémoire familiale, Marie-Gabrielle Planeix revenait avec son mari de chercher de la nourriture au marché noir ce 4 août. Ils avaient rencontré un groupe de maquisards et avaient continué leur chemin lorsqu’ils rencontrèrent un contrôle allemand (ou Milicien ?) en chemin dans la direction des maquisards. Après avoir été passé le contrôle, Augustine laissa son mari rentrer avec le ravitaillement, et elle retourna par des coursières prévenir le groupe de maquisards qui put prendre la fuite. C’est au retour qu’elle fut de nouveau contrôlée par les allemands (ou Miliciens ?) qui comprirent alors son rôle et l’arrêtèrent. Elle fut conduite à la prison d’Issoire avant d’être fusillée une semaine plus tard, le 11 avril 1944 au pont de Parentignat (Puy-de-Dôme) à 22h45. Selon l’enquête menée au lendemain de la guerre, ce ne sont pas les Allemands mais la troupe commandée par Henri Puech qui fut responsable de l’exécution de Marie-Gabrielle Planeix. Son corps fut retrouvé mutilé. Celui présenté comme son ami, Émile Cioni, fut lui aussi exécuté par les miliciens le 7 ou 8 août et son corps retrouvé au pont de Parentignat. Le crime s’est accompagné de vol, plus de 50 000 F et la montre de Mme Grimaldi. Celle-ci aurait été tuée dans la nuit du 11 au 12 et son corps retrouvé le 12.

Elle a reçu la médaille de la Résistance (JO 10/02/1973) et a reçu le titre d’internée résistante (DIR). Par décision du 18 octobre 1970, elle a été reconnue Morte pour la France.

Son nom figure sur le monument aux Morts d’Auzat-la-Combelle. Une plaque commémorative avait été apposée par Anne Hidalgo, maire de Paris, en 2017 sur le fronton du lycée où avait enseigné Marie-Gabrielle Planeix. Un hommage lui a été rendu le 11 août 2019 par la mairie d’Auzat-sur-Allier.
C’est grâce aux recherches de Bernard Pelouin qu’on connaît mieux son itinéraire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225149, notice PLANEIX Marie Gabrielle, épouse GRIMALDI par Eric Panthou, version mise en ligne le 30 mars 2020, dernière modification le 10 mai 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : Arch. dép. du Var, 12 W 26, Cour de justice de Draguignan. Rapport du secrétaire de police Marchand, d’Issoire, circa 1945 (notes prises par Jean-Marie Guillon). — Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 55 W 115. Cour de Justice de Marseille. Jean-Paul Dibon, rapport du commissaire Jean Roussel, d’Issoire, 19 mars 1946 (meurtres Grimaldi, Cioni, Moulet, Samour). — SHD Vincennes, GR 16 P GR 16 P 481243. Dossier Marie Planeix (nc). — Arch. Dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945. — "Marie-Gabrielle Planeix, une héroïne un temps oubliée ", La Ruche, vendredi 16 août 2019 (en ligne). — Mail de Patrick Loucopoulos, petit-neveu d’Augustine Grimaldi, à Eric Panthou, le 30 mars 2020. — Mémorialgenweb. — Généanet. — État civil Ceyrat (en ligne) et Parentignat.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément