BONTOUX Paul, Auguste

Par Jean-Luc Marquer

Né le 11 février 1891 à Vizille (Isère), sommairement exécuté le 17 février 1944 à Vizille ; plâtrier-peintre ; résistant homologué interné résistant

Plaque commémorative, La Glacière, Vizille
Plaque commémorative, La Glacière, Vizille
Source : Mémorial GenWeb (Didier Bourry). Cette photographie est sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0.)

Paul, Auguste Bontoux était le fils de Joseph, Auguste et de Victorine, Marie Gouy.
Appelé sous les drapeaux en 1912, il fut réformé définitivement en raison d’une tuberculose pulmonaire.
Il était plâtrier-peintre.
Il épousa Jeanne Françoise Fournier le 26 novembre 1913 à Vizille (Isère).
Le couple eut au moins une fille, Yvonne, qui rejoignit dès 1942 le "détachement Muller", un groupe de FTPF créé par deux Vizillois, Germaine et Jean Vallier, et rattaché au Maquis de l’Oisans.
C’est à son instigation que Jeanne et Paul Bontoux entrèrent en Résistance.
Le 17 février 1944, vers 21h 45, des membres de la Gestapo investirent la maison de la famille Bontoux au lieu-dit "La Glacière" sur le côté droit de la route entre Vizille et Brié-et-Angonnes. Ils avaient arrêté quelques minutes auparavant à son domicile Charles Rousset, un membre du détachement Muller.
Chez Jeanne et Paul Bontoux, était présent un autre membre du détachement Muller, Maurice Chauvin.
Des rafales de mitraillette furent tirées. Jeanne Bontoux et Maurice Chauvin s’abattirent, mortellement blessés, et moururent quelques minutes plus tard. Peut-être furent-ils achevés à coups de pistolet car les gendarmes trouvèrent des douilles de calibre 7,65 mm.
Quelques instants plus tard, Paul Bontoux et Charles Rousset furent abattus d’une rafale de mitraillette. On trouva leur corps de part et d’autre de la route.
Le lendemain matin des soldats allemands revinrent et détruisirent l’intérieur de la maison avec des explosifs.
Les gendarmes qui se rendirent sur place le 18 février 1944 dans l’après-midi firent transporter les corps à la morgue de l’hôpital-hospice de Vizille.
Paul Bontoux obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué interné résistant.
Il fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume.
Son nom figure sur le monument aux morts de Vizille, sur une plaque apposée sur le mur de la maison à la Glacière et sur le Mémorial du Maquis de l’Oisans à Livet-et-Gavet (Isère), orthographié Bonthoux.


Voir : Vizille

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225161, notice BONTOUX Paul, Auguste par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 1er avril 2020, dernière modification le 29 avril 2021.

Par Jean-Luc Marquer

Plaque commémorative, La Glacière, Vizille
Plaque commémorative, La Glacière, Vizille
Source : Mémorial GenWeb (Didier Bourry). Cette photographie est sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0.)

Sources : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 412, 416 et 671 — Arch. dép. Isère, RMM, 11NUM/1R1509_02 p. 38 et 39 — SHD Vincennes GR 16 P 72995 (à consulter) — AVCC Caen AC 21 P 732776 (à consulter) — Mémoire des hommes — Geneanet — Mémorial GenWeb — http://www.maquisdeloisans.frhttps://fr.calameo.com/read/00006927518f1b4b80273

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément