DESPATIN Claude, Henri.

Par Jacques Girault

Né le 23 janvier 1918 à Auch (Gers), mort le 29 septembre 2012 à Vallauris (Alpes-Maritimes) ; professeur en France puis en Guinée ; militant communiste en Haute-Marne.

Fils du directeur de l’Ecole normale d’instituteurs d’Auch, Claude Despatin effectua ses études secondaires au lycée de Troyes (Aube), où il obtint le baccalauréat, et à l’Ecole normale d’instituteurs de la Seine (où il obtint le brevet supérieur). Étudiant aux facultés des lettres de Dijon (Côte d’Or), titulaire de deux certificats, puis de Lyon (Rhône), il termina sa licence ès lettres (option Philosophie) en 1941 et son diplôme d’études supérieures.

Mobilisé en septembre 1939, aspirant d’artillerie, il fut démobilisé en janvier 1941. Répétiteur au collège Turgot à Paris en 1942, il adhéra au Parti communiste en 1942 et participa à la Résistance à partir de décembre 1942 (Front national des étudiants à Paris). Arrêté le 5 avril 1943 pour « menées antinationales et propagande subversives parmi les étudiants », il fut incarcéré à la Santé, s’évada le 2 octobre 1943 du camp d’internement administratif de Pithiviers (Loiret), et rejoignit un maquis dans l’Ain du 20 octobre 1943 au 20 septembre 1944 avec le pseudonyme de Jean Martel, puis fut remobilisé du 1er janvier au 30 août 1945 au titre des FFI.

Claude Despatin se maria en septembre 1944 à Coligny (Ain). Son épouse, sans profession, devint institutrice intérimaire à partir d’octobre 1951 puis fut titularisée. Le couple eut deux enfants.

Délégué rectoral au collège de Nantua (Ain) d’octobre à décembre 1944, Claude Despatin fut titularisé professeur-adjoint au lycée de Dijon en 1945-1946, enseignant le français en classe de 4e et de 2e, et débuta comme professeur de Philosophie en classe de sciences expérimentales. L’année suivante, les élèves de mathématiques spéciales lui furent confiés. Muté au collège mixte de Langres (Haute-Marne) en 1948-1949, il y fut titularisé professeur certifié en 1950-1951. En raison de la dégradation de la santé de son épouse et de son fils, il obtint sa mutation pour le collège de Dourdan (Seine-et-Oise/Essonne) en 1960. En disponibilité, en octobre 1961, il partit enseigner en Guinée, répondant à la demande du président Sékou Touré.

Secrétaire de la section communiste de Langres, Claude Despatin entra au comité de la fédération communiste à la Libération. Très actif, en juillet 1951, il accompagnait le responsable du syndicat CGT des ouvriers du bâtiment pour organiser une action revendicative. Redevenu seulement membre du comité de section, il ne fut pas réélu lors de la conférence fédérale de 1956 pour manque d’activité. Il fut candidat au conseil général en 1955.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22518, notice DESPATIN Claude, Henri. par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 10 novembre 2021.

Par Jacques Girault

Sources : Arch. Nat., Versement du rectorat de Paris, 20140530/60. — Arch. Comité national du PCF. — SHD, Vincennes GR 16 P 180193.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément