PEROUZE Monique

Par Michel Thébault

Née le 15 août 1940 à Mende (Lozère), massacrée le 25 août 1944 à Maillé (Indre-et-Loire) ; victime civile.

Monique Pérouze était la fille d’Arthur Pérouze, tourneur et de Micheline Angeli. Ses parents étaient domiciliés en 1944 à Paris, 7, rue neuve Popincourt dans le 11ème arrondissement. Elle faisait partie des enfants parisiens qui furent en grand nombre envoyés en province pour échapper aux dures conditions de vie dans la capitale. Âgée de 4 ans, elle était accueillie par Victor et Renée Gabillot cultivateurs domiciliés à proximité du bourg de Maillé au lieu-dit La Heurtellière.

Elle fut victime ses parents d’accueil et de nombreux membres de cette famille du massacre de Maillé. Le 25 août, dès neuf heures du matin le village fut cerné par les troupes allemandes. Le massacre commença dans les champs, les jardins, les maisons et jusque dans les caves. La ferme de La Heurtellière fut l’une des premières cibles des exactions, habitants massacrés et bâtiments incendiés. Sur les 500 habitants que comptait Maillé, il y eut 124 victimes. Renée et Victor Gabillot furent tués devant la porte de leur ferme. Selon le récit de l’abbé Payon (op. cit.) : « Une petite réfugiée, Monique Pérouze, gît sur le seuil de la laiterie, la tête traversée d’une balle ».

Elle obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument commémoratif dressé dans le cimetière de Maillé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225268, notice PEROUZE Monique par Michel Thébault, version mise en ligne le 1er avril 2020, dernière modification le 1er avril 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Indre-et-Loire (état civil) — André Payon, curé de la Celle-Saint-Avant, Draché et Maillé, Maillé Martyr – Un village Martyr, Maillé – Récit du massacre du 25 août 1944 édité sous le patronage du Comité de Libération d’Indre-et-Loire, 1945. — Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément