CHAMPIGNY Marie, Célestine, Julia [née MORNE]

Par Michel Thébault

Née le 19 mars 1871 à Moutiers-sous-Chantemerle (Deux-Sèvres), massacrée le 25 août 1944 à Maillé (Indre-et-Loire) ; couturière ; victime civile.

Marie Morne était la fille de Célestin, Henri, Charles Morne, âgé de 28 ans à sa naissance, poseur de voies (cheminot) et de Marie Prédeau. Elle se maria à Maillé le 24 novembre 1891 avec Jean Baptiste Champigny (né à Maillé le 27 septembre 1867). Leurs parents respectifs étaient tous cheminots : le père de Jean Baptiste Champigny, Jean Champigny était sous-chef d’équipe au Paris Orléans et sa femme Joséphine Archambault garde barrière, le père de Marie Morne était chef d’équipe et sa femme également garde barrière, tous domiciliés à Maillé. Le couple s’installa à Maillé où ils eurent plusieurs enfants, Jules en juin 1892, puis Marcel et Henri. Tandis que Jean Baptiste Champigny travaillait comme ses parents et beaux-parents à la Compagnie de Chemin de fer Paris-Orléans, comme poseur de voies, Marie Champigny était couturière à Maillé. Au recensement de 1936, le couple résidait au bourg de Maillé, Marie Champigny était toujours couturière (patronne) et son mari retraité du Paris-Orléans. Jean Baptiste Champigny mourut à Maillé le 3 février 1940.

En août 1944, Marie Champigny, veuve, hébergeait sa belle-fille Roberte Champigny (mariée à son fils Henri, qui était alors employé de banque à Tours) et ses deux petits-enfants Jacques et Jean. Tous furent victimes du massacre de Maillé. Le 25 août, dès neuf heures du matin le village fut cerné par les troupes allemandes. Le massacre commença dans les champs, les jardins, les maisons et jusque dans les caves. Sur les 500 habitants que comptait Maillé, il y eut 124 victimes. Selon le récit de l’abbé Payon (op. cit.) : « La grand-mère de 73 ans est affaissée le long d’un mur. Les petits-enfants ont été poursuivis dans le jardin. Jacques, 10 ans, est caché par le corps de sa maman qui s’est écroulée sur lui, ses doigts raidis serrent un jouet qu’il aimait bien ».

Elle obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument commémoratif dressé dans le cimetière de Maillé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225323, notice CHAMPIGNY Marie, Célestine, Julia [née MORNE] par Michel Thébault, version mise en ligne le 2 avril 2020, dernière modification le 27 avril 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Deux-Sèvres et Indre-et-Loire (état civil, recensements) — André Payon, curé de la Celle-Saint-Avant, Draché et Maillé, Maillé Martyr – Un village Martyr, Maillé – Récit du massacre du 25 août 1944 édité sous le patronage du Comité de Libération d’Indre-et-Loire, 1945. — Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément