CHAMPIGNY Jean, Pierre, Henri

Par Michel Thébault

Né le 31 mars 1940 à Tours (Indre-et-Loire), massacré le 25 août 1944 à Maillé (Indre-et-Loire) ; victime civile.

Jean Champigny était le fils d’Henri, Maurice, Maximin Champigny, employé de banque et de Roberte, Edwige Ouvrard (née le 25 décembre 1906 à Oyré, Vienne), couturière. Ses parents s’étaient mariés le 19 septembre 1927 à Dangé (Vienne). Il fut le second de leurs fils (un frère plus âgé, Jacques était né à Tours en 1934). Il était domicilié en 1944 avec ses parents à Tours.

Sa mère vint se réfugier chez sa belle-mère Marie Champigny, sans doute en 1944 (et peut-être pour fuir les bombardements), à Maillé. Il fut victime avec sa mère, son frère et sa grand-mère du massacre de Maillé. Le 25 août dès neuf heures du matin le village fut cerné par les troupes allemandes. Le massacre commença dans les champs, les jardins, les maisons et jusque dans les caves. Sur les 500 habitants que comptait Maillé, il y eut 124 victimes. Il fut tué dans le jardin avec sa mère et son frère Jacques alors qu’ils tentaient de s’enfuir. Il était âgé de 4 ans.

Il obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument commémoratif dressé dans le cimetière de Maillé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225326, notice CHAMPIGNY Jean, Pierre, Henri par Michel Thébault, version mise en ligne le 2 avril 2020, dernière modification le 2 avril 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Indre-et-Loire (état civil) — André Payon, curé de la Celle-Saint-Avant, Draché et Maillé, Maillé Martyr – Un village Martyr, Maillé – Récit du massacre du 25 août 1944 édité sous le patronage du Comité de Libération d’Indre-et-Loire, 1945. — Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément