MILLET Émile, Marius

Par Michel Germain, Dominique Tantin

Né le 11 novembre 1913 à Genève (Suisse), exécuté sommairement le 15 juin 1944 à Vieugy, ex-commune de Seynod, auj. Annecy (Haute-Savoie) ; commerçant ; résistant dans l’Armée secrète (AS) et les Forces françaises combattantes (FFC).

Graffitis retrouvés sur les parois en bois de la cellule de la prison Saint-François où étaient internés le R.P. Favre et Émile Millet avant leur exécution.

Émile Millet était le fils d’Émile, comptable, et de Marthe, née Veyrat. Emile Millet épousa Madeleine Léontine Raphin, la fille du propriétaire du magasin d’alimentation, La Ruche Nouvelle, où il travaillait. Il habitait 29 rue du Parc, à Annemasse.
Il se consacra à l’organisation de l’Armée secrète dans son secteur de Gaillard et d’Annemasse. Il mit sur pied un service de renseignement (réseau Kasanga, SR MLN) ainsi que des liaisons transfrontalières avec la Suisse.
Informé qu’il pouvait être arrêté, il s’éloigna quelque peu d’Annemasse. Mais rappelé dans la ville pour une affaire importante, il vint déjeuner chez ses parents le 7 février 1944. A la fin du repas, la Gestapo fit irruption dans la maison et arrêta Émile. Il avait probablement été dénoncé. Il fut interné au Pax sous le numéro 459, cellule 10. Transféré à Annecy à l’école prison Saint-François, il fut enfermé dans la cellule n°5 avec le révérend père Favre puis exécuté le 15 juin 1944 à Vieugy (Seynod). (Mémorial de l’oppression 3808 W 1537).
Déclaré « Mort pour la France » le 7 juillet 1945, il fut homologué interné résistant, AS-FFC.
Un monument est érigé dans le cimetière d’Annemasse. D’autre part en 1948 un monolithe de granit a été élevé à Vieugy sur l’emplacement des fusillades, qui firent 40 victimes exécutées en quatre fois par les Allemands. En 2004, un panneau explicatif a été dressé à proximité. Une plaquette récapitulative est disponible en mairie de Seynod.

Vieugy, ex-commune de Seynod, auj. Annecy (Haute-Savoie), 15 juin-10 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225451, notice MILLET Émile, Marius par Michel Germain, Dominique Tantin , version mise en ligne le 5 avril 2020, dernière modification le 27 novembre 2022.

Par Michel Germain, Dominique Tantin

Graffitis retrouvés sur les parois en bois de la cellule de la prison Saint-François où étaient internés le R.P. Favre et Émile Millet avant leur exécution.

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — Hommage aux 450 fusillés ou massacrés de la Résistance en Haute-Savoie, CRD74, éditions de l’ANACR, 2018.— MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément