COTTEE Edouard, Eugène [dit Bléry] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Dominique Petit

Né le 21 octobre 1854 à Passy (Paris, XVIe arr.), mort le 3 octobre 1898 à Paris (VIIe arr.) ; dessinateur ; artiste peintre ; publiciste ; employé à la tour Eiffel ; anarchiste parisien.

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

Le 19 août 1882, Edouard Cottée se maria à la mairie du XIe arrondissement avec Rose, Marie Baille, sans profession. Il était alors expert en tableaux.
Il se trouvait sur une liste d’anarchistes du 15 juin 1891, il demeurait 5 rue d’Ormesson.
En avril 1892, Cottée fréquentait les réunions du Groupe anarchiste international qui se réunissait tous les dimanches, salle Horel, rue Aumaire.
Arrêté le 6 avril 1892, une perquisition de son logement était effectuée par le commissaire Dresch.
Le 28 mai 1893, Cottée se trouvait salle Firino, 144 boulevard de Charonne avec quelques anarchistes, vers 14h, ils se dirigèrent à la salle Lexellent, la couronne rouge de la coalition révolutionnaire était portée par quatre compagnons qui se rendaient ensuite au cimetière du Père Lachaise, parmi les manifestants se trouvait Cottée. A 15h15, la manifestation revenait salle Firino où se regroupaient 150 personnes dont Cottée.
Le 29 mai 1893, de 18 à 19h, se réunissaient à la terrasse de l’établissement « Au canon de la Bastille », place de la Bastille, rendez-vous habituel de certains militants anarchistes, un certain nombre de compagnons : Cottée, Denéchère, Kahn, Gillot et Leblond. Il s’agissait d’établir une correspondance active avec certaines personnalités anarchistes en France et à l’étranger.
Le 3 juin 1893, il était à la salle du Commerce, 94 rue du faubourg du Temple au meeting de protestation contre la condamnation à mort de Foret.
Le 1er juillet 1893, il assistait à une conférence publique de 400 personnes, organisée par Dufour et Marin,
Le 4 juillet 1893, Cottée était l’organisateur avec Saint-Martin d’un meeting à la salle du Commerce à propos des émeutes au Quartier Latin et de la fermeture de la Bourse du travail.
Au mois de juillet 1893, avec d’autres anarchistes comme Denéchère, Carteron, Deherme, il envisageait la création d’un quotidien, tout au moins durant la période des élections législatives. Il avait l’intention d’aller voir des personnalités pour trouver des financements.
Il figurait sur l’état récapitulatif des anarchistes au 26 décembre 1893, son domicile était inconnu.
Il fut arrêté le 11 mars 1894, à son domicile 16 rue Letort
Cottée était marié, et occupait dans cette maison depuis octobre 1893, un logement, situé au sixième étage. Il était employé au journal la Gazette des Assurances, ayant ses bureaux, 13 rue Girardon. Son arrestation ne l’avait nullement surpris, et Mme Cottée avait dit à ce sujet que son mari avait été souvent inquiété et qu’il s’attendait à la mesure qui venait d’être prise à son égard. De nombreux papiers, correspondances, etc., avaient été saisis par le commissaire de police qui avait procédé à l’arrestation. Cottée fut libéré le 30 mars. Le 31 mars, sa notice individuelle fut transmise au juge d’instruction Meyer.
Il figurait sur l’état récapitulatif des anarchistes au 31 décembre 1894. Il habitait 16 rue Letort (XVIIIe arr.), sur celui du 31 décembre 1896, son adresse était 47 rue de l’Université, sur celui de 1901, sa date de décès était indiquée.
Son dossier à la Préfecture de police portait le n°92.287.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225527, notice COTTEE Edouard, Eugène [dit Bléry] [Dictionnaire des anarchistes] par Dominique Petit, version mise en ligne le 6 avril 2020, dernière modification le 6 avril 2020.

Par Dominique Petit

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York
Fiche photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

SOURCES : Archives de la Préfecture de police Ba 77, 78, 1499, 1500. — Les anarchistes contre la république de Vivien Bouhey. Annexe 56 : les anarchistes de la Seine. — La Presse 12 mars 1894. — Archives de Paris. Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément