IANELLI Lucien

Par Jean Belin

Né le 1er septembre 1929 à Vergato (Italie), mort le 31 juillet 2019 à Dijon (Côte-d’Or) ; cadre SNCF ; syndicaliste CGT des cheminots de Côte-d’Or ; militant communiste.

Fils de Pietro Ianelli et d’Anna Bortolotti, le deuxième d’une fratrie de huit enfants, d’un père carrier, puis mineur et maçon, les parents de Lucien Ianelli, immigrés italiens et communistes durent fuir le régime fasciste instauré par Mussolini. Ils s’installèrent à Crugey (Côte-d’Or) en 1929. Lucien Ianelli termina sa scolarité à Epinac-Les-Mines (Saône-et-Loire). Sa famille vint ensuite à Thury (Côte-d’Or) en 1942 et ses parents tinrent en gérance un restaurant bar populaire qui servit en même temps de cache pour les activités de résistants. Après la guerre, les dix membres de la famille s’installèrent à Dijon (Côte-d’Or) en 1946 dans une bicoque au 19 rue Léon-le-Duc, un quartier nommé « Nouméa », car il rassembla une population pauvre et issue de l’immigration. Le racisme compliqua leur intégration dans la ville et dans la vie.
Il milita à la Jeunesse communiste avant d’être exempté de service militaire pour « soutien de famille ». Il passa un concours d’entrée à la SNCF et fut embauché en 1950 à Dijon. Il gravit les échelons pour devenir cadre dans la police des chemins de fer en fin de carrière. Il s’engagea à la CGT et prit des responsabilités dans son syndicat. Il fut élu délégué du personnel dans sa catégorie. Lucien Ianelli milita également dans l’interprofessionnel et fut élu membre de la commission administrative de l’Union Départementale CGT de Côte-d’Or du 37e congrès d’octobre 1958 au 39e congrès d’octobre 1962. Il fut responsable pour l’UD de la commission des jeunes travailleurs en 1960. Militant actif du syndicat des cheminots de Dijon, il fut un des principaux animateurs de la grève avec occupation de mai juin 1968 dans son établissement.
Retraité en 1984, il se maria avec Lucette Bolnot avec laquelle il eut trois filles, Annie, Simone et Valérie. Frère de Saura Ianelli*, Jean Ianelli*, Marcel Yanelli*, ainsi que ses autres frères et sœurs, tous engagés comme militants communistes. Domicilié au 3 Bd Eugène Spuller à Dijon lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225650, notice IANELLI Lucien par Jean Belin, version mise en ligne le 9 avril 2020, dernière modification le 4 septembre 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : AD 21, Arch. IHS CGT 21, fonds de l’UD et du syndicat des cheminots de Dijon. — Arch. Dép. de la Côte-d’Or, état civil et recensement de la population. — Témoignage de son frère Jean Ianelli*.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément