LEVÈQUE Ferdinand.

Par Jean Neuville

Âgé de 25 ans en 1907. Ouvrier mineur, délégué du Syndicat des ouvriers mineurs de Jemappes (aujourd’hui commune de Mons, pr. Hainaut, arr. Mons) à la Commission d’enquête sur la durée du travail de 1907.

Après avoir travaillé au charbonnage du Levant de Flénu, Ferdinand Levèque, domicilié à Jemappes, est occupé depuis quatre semaines comme ouvrier à veine au charbonnage de Ressaix (aujourd’hui commune de Binche, pr. Hainaut, aujourd’hui arr. La Louvière) lorsqu’il dépose le 22 juillet 1907, au nom du Syndicat des mineurs de Jemappes, devant la Commission d’enquête sur la durée du travail dans les mines de houille, lors de la séance du groupe de Mons, section de Mons. Il confirme les dépositions des ouvriers qui l’ont précédé, demandant la réduction du temps de travail. Il signale que dans les charbonnages, « on exerce de la pression sur les ouvriers pour les décisions à prolonger leur journée de travail : si l’ouvrier refuse de faire des heures supplémentaires, il ne reçoit le samedi que ce qu’il a gagné, si insuffisant que soit ce gain par suite de difficultés rencontrées pendant la semaine, dans la couche. Au levant du Flénu, c’est régulier : "pas d’heures supplémentaires, pas d’argent en plus". »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225738, notice LEVÈQUE Ferdinand. par Jean Neuville, version mise en ligne le 10 avril 2020, dernière modification le 10 avril 2020.

Par Jean Neuville

SOURCE : Commission d’enquête sur la durée du travail dans les mines de houille. Enquête orale. Déposition des témoins. Section et groupe de Mons, Bruxelles, 1907, p. 9.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément