SIMON Jules.

Par Jean Neuville

Âgé de 36 ans en 1907. Ouvrier mineur, délégué du Syndicat de Sars-Longchamps (région de La Louvière, pr. Hainaut, arr. La Louvière) à la Commission d’enquête sur la durée du travail de 1907.

Ouvrier mineur depuis vingt-six ans, Jules Simon travaille au charbonnage de Sars-Longchamps lorsqu’il dépose le 5 août 1907, au nom du Syndicat de Sart-Longchamps qui compte 700 membres, devant la Commission d’enquête sur la durée du travail dans les mines de houille, lors de la séance du groupe de La Louvière, section de Mons. Depuis qu’il travaille, il n’a jamais connu une réduction du temps de travail. Il demande la journée des huit heures, descente et remonte comprises. Il admettrait que cette limitation se fasse par étapes pour permettre aux patrons de s’organiser.

Jules Simon précise que le chômage ouvrier est dû soit aux kermesses, soit aux déplacements des ouvriers, soit – et ce sont les cas les plus nombreux – par les ouvriers qui se divertissent le dimanche « et dépassent dix heures du soir ». Il faut limiter la journée de travail pour préserver la santé des ouvriers. Elle permettrait le retour de jeunes ouvriers manœuvres peu présent dans le charbonnage de Sars-Longchamps car « les pères ne veulent plus, vu les mauvaises conditions de travail, de ce métier pour leurs enfants. Avec la journée de huit heures, cette situation changerait. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225775, notice SIMON Jules. par Jean Neuville, version mise en ligne le 10 avril 2020, dernière modification le 10 avril 2020.

Par Jean Neuville

SOURCE : Commission d’enquête sur la durée du travail dans les mines de houille. Enquête orale. Déposition des témoins. Section de Mons, groupe de La Louvière, Bruxelles, 1907, p. 170-172.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément