BONNET Félix, Jean, Marius

Par Eric Panthou

Né le 24 décembre 1914 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) mort en déportation le 9 avril 1944 à Dora (Allemagne) ; ouvrier Michelin ; réfractaire au STO ; résistant au sein du Mouvement Ouvrier Français (MOF) et des forces françaises de l’intérieur (FFI).

Félix Bonnet se maria avec Germaine Tourrette habitait 24 rue Xavier Privas, quartier de Montferrand, à Clermont-Ferrand. Le couple avait un enfant.

Il fit son service militaire au 4ème RAC à Dijon puis au 16ème RA de Clermont-Ferrand. Il fut mobilisé en 1939 au 402ème RADCA. Il fut démobilisé en août 1940.

Félix Bonnet était tourneur aux usines Michelin de septembre au 1er mars 1943.
Il rejoignit le Mouvement ouvrier français (MOF), une organisation de la résistance formée de syndicalistes, active à Clermont-Ferrand en raison notamment du rôle de Raymond Perrier, secrétaire de l’UD CGT de 1937 à 1942, ainsi que de Gabriel Montpied, futur maire de Clermont-Ferrand à la Libération.
Sous la houlette de son beau-père, Henri Tourette, et les ordres de Gabriel Montpied, Félix Bonnet distribua la presse clandestine et des faux papiers aux réfractaires du STO ainsi qu’aux membres du maquis. Il a dû quitter son action de résistant sédentaire début mars 1943, étant lui-même requis pour le STO. Il rejoignit alors le maquis.

Dans la nuit du 10 au 11 janvier 1944, le SD allemand (Sicherheitsdienst, service de sécurité) arrête trois membres de la famille Tourrette, à leur domicile : Henri, le père, René et Madeleine ses deux enfants. Félix fut arrêté le même jour au domicile des Tourrette, où le SD lui a tendu une souricière. il fut interné à Clermont-Ferrand puis Compiègne. Dans le convoi parti de Compiègne (Oise), le 22 janvier 1944 se trouvaient un certain nombre de raflés de Billom et de sa région. Etait également présent René Tourrette, son beau-frère. Félix fut déporté à Dora (Allemagne). Il y est mort le 9 avril 1944.

Dans le dossier de demande d’attribution de la carte de CVR, son épouse écrit en 1953, que son mari est considéré comme disparu. Le site Mémoire des Hommes indique un décès le 11 janvier 1944 à Buchenwald.

Il a été homologué FFI et a reçu à titre posthume la carte de Combattant volontaire de la Résistance (CVR) et le titre de Déporté et interné de la Résistance (DIR).

Son nom n’apparaît sur aucun monument commémoratif.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225796, notice BONNET Félix, Jean, Marius par Eric Panthou, version mise en ligne le 10 avril 2020, dernière modification le 11 avril 2020.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD Vincennes GR 16 P 71731, dossier Félix Bonnet. — AVCC Caen, AC 21 P 27337, dossier Félix Bonnet. — Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 3909, dossier d’attribution de la carte de Combattant volontaire de la Résistance pour Félix Bonnet. — FMD. — Page Facebook des Amis du Vieil Allanche.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément