BONNET Germaine, Marie, Louise née TOURRETTE

Par Eric Panthou

Née le 21 janvier 1919 à Nohanent (Puy-de-Dôme), morte le 31 mars 1984 à Billière (Pyrénées-Atlantiques) ; employée de bureau ; résistante au sein du Mouvement ouvrier Français (MOF) et de la résistance intérieure française (RIF) ; déportée.

Fille de Henri, ajusteur chez Michelin, et de Marie, Eugénie Vialle, Germaine Tourrette se maria à Félix Bonnet le 26 avril 1940 à Clermont-Ferrand. Son mari était tourneur chez Michelin. Ils eurent un enfant. Le couple habitait 45 rue du temple à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Germaine était employée de bureau mais sous l’Occupation elle fut sans profession.

Dans la nuit du 10 au 11 janvier 1944, le SD allemand (Sicherheitsdienst, service de sécurité) arrête trois membres de la famille Tourrette, à leur domicile, 41 rue Diderot à la Plaine de Montferrand (section importante de la ville de Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme) : Henri, le père, René et Madeleine ses deux enfants. Quelques heures plus tard, Félix Bonnet et son épouse tombent dans la souricière en venant chez les Tourrette. L’arrestation de la famille était consécutive à une dénonciation.
Henri Tourrette était au cœur de la mise à l’abri de jeunes qui refusaient de partir au travail obligatoire en Allemagne ou en Autriche. Il leur donnait des points de chute dans les maquis, avec le mot de passe pour le contact.
Madelaine, alias Mado était agent de liaison. Germaine était également agent de liaison, depuis mars 1943, sous les ordres de Gabriel Montpied au sein du Mouvement ouvrier Français (MOF), et des FFI du colonel Émile Coulaudon.

Germaine fut internée du 11 janvier au 17 avril 1944 puis déportée du 18 avril 1944 au 19 mai 1945.
Germaine et sa sœur Mado sont transférées de Clermont-Ferrand au fort de Romainville (actuel Seine-Saint-Denis), puis déportées depuis Paris, le 18 avril 1944, dans le convoi I.204 (nomenclature FMD) à destination de Ravensbrück (Allemagne). Elles sont libérées le 5 mai 1945, au Kommando d’Holleischen (Tchécoslovaquie). Elle furent de retour le 23 mai 1945 en France.

Son mari, Félix Bonnet est mort en déportation à Dora (Allemagne). Son père Henri est considéré comme mort sous la torture le jour de son arrestation.

Le 30 septembre 1954, elle s’est vue attribuée la carte de Combattant volontaire de la Résistance (CVR). Elle habitait alors 4 rue Nadaud à Clermont-Ferrand. Elle a également été homologuée déportés et internés de la résistance (DIR), résistance intérieure française (RIF).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225821, notice BONNET Germaine, Marie, Louise née TOURRETTE par Eric Panthou, version mise en ligne le 11 avril 2020, dernière modification le 20 novembre 2020.

Par Eric Panthou

SOURCES : Arch. Dép. Puy-de-Dôme, 2546 W 3906, dossier demande attribution carte de Combattant volontaire de la Résistance pour Germaine Bonnet. — SHD Vincennes, GR 16 P 575723, dossier de résistante de Germaine Tourrette (nc). — Page Facebook des Amis du Vieil Allanche. — Mémoire des Hommes. — Mail d’Annier Frier à Eric Panthou, le 9 avril 2020. — Généanet. —État-civil Clermont-Ferrand.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément