FERNAND Charles.

Par Jean Neuville

Âgé de 33 ans en 1907. Ouvrier mineur, délégué d’un groupe d’ouvriers à la Commission d’enquête sur la durée du travail de 1907.

Charles Fernand, qui est domicilié à Montignies-sur-Sambre (aujourd’hui commune de Charleroi, pr. Hainaut, arr. Charleroi), est ouvrier à veine au siège « Résolu » du charbonnage du Pays de Liège lorsqu’il dépose le 12 août 1907, au nom du personnel de ce siège, devant la Commission d’enquête sur la durée du travail dans les mines de houille, lors de la séance du groupe de Charleroi, section de Charleroi. Il demande la réduction – par étapes – de la journée de travail à huit heures, à fixer dans une loi.

Le témoignage de Charles Fernand porte notamment sur les problèmes rencontrés dans son travail comme des éboulements dus entre autres à un manque d’entretien des voies. En cas de diminution de production suite à l’application des huit heures par jour, il propose de supprimer un temps de repos ou de diminuer les chômages ou l’assèchement de certaines galeries … Il se rallie à la déposition de François Reconnu.
Charles Fernand est payé à la tâche. Il termine sa déposition en précisant : « Il manque des hiercheurs parce que tous les ouvriers, lorsqu’ils sont devenus des hommes, désirent devenir abatteurs pour gagner davantage ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225882, notice FERNAND Charles. par Jean Neuville, version mise en ligne le 11 avril 2020, dernière modification le 11 avril 2020.

Par Jean Neuville

SOURCE : Commission d’enquête sur la durée du travail dans les mines de houille. Enquête orale. Déposition des témoins. Section de Charleroi, groupe de Charleroi, Bruxelles, 1907, p. 110-111.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément