GELINNE Adelin.

Par Jean Neuville

Âgé de 32 ans en 1907. Ouvrier mineur, délégué du Syndicat des mineurs, La Concorde, de Roux (aujourd’hui commune et arr. Charleroi, pr. Hainaut) à la Commission d’enquête sur la durée du travail de 1907.

Domicilié à Roux, Adelin Gelinne qui travaille dans la mine depuis l’âge de treize ans, est d’abord hiercheur pendant neuf ans au charbonnage du Nord de Charleroi. Il est ouvrier à veine au siège n° 14 des charbonnages de Monceau-Fontaine depuis quatre ans lorsqu’il est désigné par le Syndicat des mineurs, La Concorde, de Roux pour représenter des ouvriers du puits Saint-Quentin du charbonnage du Centre de Jumet (aujourd’hui commune de Charleroi) devant la Commission d’enquête sur la durée du travail dans les mines de houille, lors de la séance du groupe de Charleroi, section de Charleroi. Il dépose le 23 juillet 1907. Il explique la raison de sa désignation : « je dois vous donner les renseignements suivants qui m’ont été remis par ces ouvriers qui n’osent pas déposer, de crainte d’être victimes de leurs témoignages ». Il détaille les conditions de travail des ouvriers du puits (présence d’eau, trajet pénible car les voies sont encombrées et non entretenues…). Les ouvriers du puits demandent la journée des huit heures de travail, descente et remontée comprises, pour l’ensemble des ouvriers du charbonnage. Il précise que les hiercheurs n’ont pas de temps de travail limité car « ils doivent enlever tout le charbon ».

Adelin Gelinne poursuit sa déposition au nom des ouvriers du puits n° 14 du charbonnage de Monceau-Fontaine (aujourd’hui commune de Charleroi) et en son nom personnel. Ces derniers demandent également la journée des huit heures de travail, descente et remontée comprises. Il signale que le travail est prolongé de deux heures toutes les trois semaines à cause de l’absence de hiercheur. Il donne des précisions sur les conditions de travail pénibles dues au déraillement des chariots, au manque de porteurs de lampes, de bois. Gelinne précise que l’application des huit heures n’entravera pas le travail à la condition que celui-ci soit bien organisé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225885, notice GELINNE Adelin. par Jean Neuville, version mise en ligne le 11 avril 2020, dernière modification le 11 avril 2020.

Par Jean Neuville

SOURCE : Commission d’enquête sur la durée du travail dans les mines de houille. Enquête orale. Déposition des témoins. Section de Charleroi, groupe de Charleroi, Bruxelles, 1907, p. 35-38.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément