MUSSET Marcel, Émile

Par Michel Germain

Né le 27 mai 1925 à Compiègne (Oise), exécuté sommairement le 16 juillet 1944 à Vieugy, ex-commune de Seynod, auj. Annecy (Haute-Savoie) ; électricien ; résistant FTP.

Marcel Musset était le fils de Victor et de Catherine Musset, née Le Glaz, couturière. Après son apprentissage, il devint électricien.
Désireux d’entrer dans la Résistance, il arriva, probablement par le train, à la gare de Marignier. La maison Antoine dans cette commune servait de boîte aux lettres et de point de ralliement des chefs et des agents de liaisons de la Résistance. C’était également un point de chute pour les nouveaux arrivants. Il intégra alors la compagnie F.T.P. de la « Patrouille Blanche » où il devint chauffeur, alias Jim et Lelon.
Le 4 juillet 1944, il partit en voiture pour Magland voir sa femme. Il était accompagné de Roger Racloz, Hermine Ascari*, et Marcel Perillat*. La circulation était interdite. La voiture fonctionnait au gazobois et était donc peu rapide. Sur le retour, monta Roger Colson*, un copain. Tout à coup, à l’entrée de Cluses, le groupe tomba sur un barrage allemand fort d’une dizaine de soldats. Marcel décida de forcer le barrage. Les Allemands ouvrirent le feu. Marcel fut touché. Les maquisards stoppèrent le véhicule un peu plus loin et tentèrent de fuir. Seul Roger Racloz, assis sur le siège arrière, réussit à s’enfuir, même si son pantalon de golf fut troué par une balle allemande. Les quatre autres occupants furent arrêtés et internés à l’Ecole Nationale d’Horlogerie de Cluses. Dans la voiture les Allemands trouvèrent des balles de pistolet.
Les jeunes furent transférés à Annecy et incarcérés à l’école prison de Saint-François, d’où les Schutzpolizei vinrent les extraire le 16 juillet 1944 pour les fusiller. Marcel fut donc passé par les armes le 16 juillet 1944 à Vieugy (Seynod). (Mémorial de l’oppression 3808 W 1378 et 1539).
Ne pouvant identifier Marcel Musset, le maire écrivit : « Le signalement est le suivant : dix-huit ans environ, un mètre soixante-dix-neuf, cheveux châtain foncé, teint pâle, vêtu d’un costume marron à rayures blanche et marron foncé, d’une chemise kaki, une ceinture de cuir, sans chaussettes, chaussé de souliers bas jaunes usagés à semelles en caoutchouc… »
Maquisard à la 93-04, il fut déclaré « Mort pour la France » le 26 décembre 1946 et homologué sergent FFI, interné résistant. La médaille de la résistance lui fut décernée à titre posthume par décret en date du 27 décembre 1960.
Un monolithe de granit a été érigé en 1948 sur l’emplacement où furent fusillés 40 patriotes à Vieugy et en 2004, un panneau explicatif a été dressé à proximité. Une plaquette récapitulative est disponible en mairie de Seynod. De plus, Marcel figure sur le monument aux morts de Passy-Chedde (Haute-Savoie).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226108, notice MUSSET Marcel, Émile par Michel Germain, version mise en ligne le 15 avril 2020, dernière modification le 25 septembre 2021.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 438187 et Caen SHD/ AC 21 P 603610.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément