HUGUERRE Marcel, Lucien

Par Jean-Jacques Doré

Né le 26 août 1895 à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Inférieure,Seine-Maritime) ; tourneur sur métaux devenu cadre aux chemins de fer de l’État puis de la SNCF ; trésorier du syndicat CGT des Cheminots de Sotteville de 1939 à 1944.

Fils d’un chaudronnier et d’une tisseuse, Marcel Huguerre, petit (1m.59) blond aux yeux bleus, mobilisé dans l’aviation le 11 juin 1917 puis versé dans l’armée d’Orient le 5 septembre 1918, fut blessé à la tête le 5 octobre. Rapatrié le 8 février 1919 avec le paludisme, il entra aux ateliers de Sotteville des chemins de fer de l’État comme tourneur le 6 novembre de cette année-ci.

Militant du syndicat confédéré (CGT) des Cheminots de Sotteville, il était en février 1934, secrétaire adjoint de la section technique. Élu receveur du syndicat général le 6 mars 1935, il participa aux difficiles négociations qui aboutirent à la fusion avec les unitaires (CGTU), le 23 octobre 1935. La nouvelle organisation comptait alors plus de 2 000 adhérents. Après la nomination d’un bureau provisoire le 28 décembre et d’un secrétariat bicéphale (Gaston Wilkins et Roger Grelet), la direction définitive élargie élue en janvier 1936, comprenait 12 membres, Roger Grelet secrétaire général, était assisté de 3 secrétaires adjoints et de 2 secrétaires administratifs Camille Moreau et Marcel Huguerre. Réélu en 1937, il figurait comme adjoint du trésorier Auguste Dan en 1938.

Après l’exclusion des militants communistes un nouveau bureau fut élu en avril 1940, Paul Goujon était secrétaire général et Marcel Huguerre prit en charge la trésorerie du syndicat. Constamment réélu de 1941 à février 1944, il fut remplacé par Eugène Benoit au mois d’octobre.

Huguerre s’était marié le 24 août 1918 avec Louise Huguerre à Sotteville où le couple habitait 168 rue Pierre Corneille à Sotteville, il avait un enfant. Il se remaria à Sotteville le 7 juin 1958 avec Jeanne Grévin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226309, notice HUGUERRE Marcel, Lucien par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 27 novembre 2021, dernière modification le 28 novembre 2021.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Le Peuple, organe quotidien du syndicalisme, 29 mars 1940 (BNF-Gallica). — La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 15 février 1934 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Arch. Dép. Seine-Maritime 1 MP 1410 Syndicats dissous avant 1936, 1 MP 570 Syndicats 1936-1939, État civil, Registre matricule militaire. — Direction des affaires sociales de la préfecture dossiers non versés aux archives. — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément