GUIBERTEAU Pierre Michel

Par Daniel Grason

Né le 25 mai 1925 à Saint-Maur des Fossés (Seine, Val-de-Marne), mort à une date inconnue ; ajusteur ; communiste ; résistant.

Pierre Guiberteau vivait chez ses parents 1 avenue Diderot à Saint-Maur, il exerçait la profession d’ajusteur. Il était en relations militantes avec Pierre Traverse, Louis Brunet et Serge Lorier au sein du Front patriotique de la jeunesse en formation, et habitaient Saint-Maur.
Le 2 décembre 1943 l’interpellation de Robert Giraudineau par trois inspecteurs de la BS1 provoqua la chute de Pierre Guiberteau et de ses camarades. Il ne participa qu’à une action qui échoua… il s’agissait de désarmer un garde-vigile habitant Saint-Maur et de lui subtiliser son arme. À la vue du garde-vigile qui descendait du train en gare de Saint-Maur, aucun ne passa à l’action.
Son père déposa plainte le 24 octobre 1944 contre deux inspecteurs de la BS1 Jean Giot et Alfred Delarue. Ce dernier incarcéré s’évada du camp de Noé lors d’une mutinerie le 14 septembre 1947. Il poursuivra la lutte anti communiste avec l’ex commissaire Dides.
Pierre Guiberteau fut homologué combattant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226325, notice GUIBERTEAU Pierre Michel par Daniel Grason, version mise en ligne le 19 avril 2020, dernière modification le 19 avril 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. Brigades spéciales carton 8 dossier 31, 77 W 3115. – Bureau Résistance GR 16 P 276306. – Jean-Marc Berlière avec Laurent Chabrun, Les policiers français sous l’Occupation, Éd. Perrin, pp. 173-174.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément