ROUFFET Auguste [pseudonyme dans la résistance : Le Bouif]

Par Huguette Juniet

Né le 19 avril 1874 à Issoire (Puy-de-Dôme), mort le 29 octobre 1943 à Issoire (Puy-de-Dôme) suite aux tortures subies à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ; cordonnier ; franc-maçon ; résistant au sein des Mouvements Unis de la Résistance (MUR) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Auguste Rouffet est le fils de Joseph, cordonnier, et de Elisabeth Lassignol. Il s’est marié le 4 mai 1909 à Saint-Babel (Puy-de-Dôme) avec Marie Chanabaud.
Il exerçait la profession de maître-artisan cordonnier et marchand de chaussures à Issoire (Puy-de-Dôme). Il résidait 75, rue de la Berbiziale dans cette ville et fut président local de l’Union Départementale de l’Artisanat.
Franc- Maçon il fut Vénérable Maître de la loge « Raison et Solidarité » à l’Orient d’Issoire de 1934 à 1937 et 1er Surveillant de la loge « Cité Fraternelle » d’Aurillac en 1937.
Il fut incorporé dans l’armée le 14 novembre 1895. Il fit campagne contre l’Allemagne du 13 août 1914 au 30 janvier 1919.
Sous l’occupation, il servit dans les Mouvements Unis de la Résistance (MUR), Zone 1, du 1er janvier au 10 septembre 1943, prenant comme pseudonyme Le Bouif.
Le 10 septembre 1943, une rafle fut menée à Issoire par Hugo Geissler, chef du SD à Vichy. Elle se traduisit par de nombreuses arrestations parmi les résistants, les Francs-Maçons et les Juifs réfugiés en grand nombre dans cette ville. Malgré son âge et son état de santé, Auguste Rouffet fut également appréhendé et conduit à la prison militaire allemande du 92 RI à Clermont-Ferrand. Durant sa détention il fut torturé et subit de nombreux sévices. Rendu à sa famille avec un corps meurtri et malade il décéda le 29 octobre 1943 à Issoire.
Il a été reconnu « Mort pour la France » homologué Déportés et internés de la Résistance (DIR), médaillé de la Résistance par Décret du 25 janvier 1967 et fait Chevalier de la Légion d’Honneur au titre de l’artisanat le 27 décembre 1938. A titre posthume lui fut attribué un certificat d’appartenance au FFI, remis le 14 juin 1948.

Son nom est inscrit sur le Monument aux Morts d’Issoire 1939-1945 et sur le mur du Souvenir du Grand Orient de France dans le hall de cette obédience 16, rue Cadet à Paris 9.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226362, notice ROUFFET Auguste [pseudonyme dans la résistance : Le Bouif] par Huguette Juniet, version mise en ligne le 20 avril 2020, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Huguette Juniet

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 147368 et AC 21 P 666763, dossiers Rouffet Auguste (nc). — SDH Vincennes, GR 16 P 522332, dossier Auguste Rouffet (nc). — Mémoires des Hommes. — Mémorialgenweb. — Le Patriote Résistant, n°908, mai 2016. —http://lesamitiesdelaresistance.fr/lien31/La-Franc-Maconnerie-Cantalienne-aux-heures-sombres-de-Vichy-Gilles-Levy.pdf. — État civil d’Issoire et de Saint-Babel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément