PICCA Baptistin, Antonin

Par Jean-Marie Guillon

Né le 2 novembre 1907 à Oppède (Vaucluse), tué au combat le 21 août 1944 à Gordes (Vaucluse) ; journalier agricole ; Corps francs de la Libération (CFL).

Fils de Michel Picca, ouvrier carrier d’origine italienne, et de Raffaella Ciavarini, ouvrière en soie née à Sarajevo (Bosnie), marié à Salon-de-Provence avec Denise Trumeau le 11 novembre 1939, Baptistin Picca a commencé à travailler comme journalier agricole à Cavaillon (Vaucluse). Il était menuisier à Salon-de-Provence en 1938-1939. Revenu à Cavaillon pendant la guerre, puis installé à Gordes en 1944, il y était bûcheron et jardinier. Son entrée dans la Résistance fut homologuée au 1er janvier 1943. Ayant rejoint le maquis en 1944, il se trouvait en mission à Gordes le 21 août 1944 avec deux camarades, Paul Imbert et Louis Chastelas, pour réquisitionner la voiture du notaire, lorsque vers 19 heures l’arrivée d’un convoi allemand se dirigeant vers le village par la Route neuve fut signalée. Les trois maquisards, qui venaient de sortir de la localité, décidèrent de l’attaquer. Les témoignages diffèrent sur la suite. Pour les uns, Baptistin Picca resta seul, adossé à un rocher, à continuer à tirer, ses deux camarades ayant épuisé leurs munitions et l’un d’eux, Paul Imbert, étant blessé. Pour Maurice Bourgue, ils se replièrent alors que Picca avait été tué après qu’il eût tiré sur le deuxième camion et lancé des grenades sur le troisième. Il aurait mis hors de combat six Allemands. Il fut mitraillé par les soldats se trouvant à bord des camions. Pour Paul Nouveau, chef du maquis local, il fut le « symbole de l’héroïsme, de l’abnégation et de l’audace ». Non loin du lieu de l’embuscade, Roger Beaufils (voir ce nom), qui venait de rejoindre les FFI (Forces françaises de l’Intérieur), fut tué en essayant de sa cacher dans les vignes. En représailles, les Allemands détruisirent par explosifs deux immeubles route de Murs vers 21 heures et revinrent à Gordes le lendemain, alors que le village avait été déserté par ses habitants, sauf les plus âgés dont l’un fut tué à sa fenêtre. Plusieurs maisons furent détruites ou endommagées par explosifs et canonnade. Baptistin Picca fut inhumé au carré militaire du cimetière de Gordes. Décoré à titre posthume de la Croix de guerre avec étoile de bronze, Il reçut la mention de « Mort pour la France ». Une stèle à sa mémoire se trouve à la sortie de Gordes sur la D 102. Son nom a été donné à une rue de la commune. Il se trouve sur le monument aux morts du village et sur la plaque de l’hôtel de ville. Il est également sur le monument aux martyrs de la résistance d’Apt (Vaucluse), et sur la stèle du cimetière de Cavaillon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226471, notice PICCA Baptistin, Antonin par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 23 avril 2020, dernière modification le 12 juillet 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. dép. Vaucluse 1107 W 7. — site internet Mémoire des hommes Vincennes GR 16 P 475481 et SHD Caen AC 21 P 134531. ⎯ Association des Cadets de la Résistance, comité de Gordes, Monts de Vaucluse et Luberon, Mémoires de Résistants, sd (témoignage Maurice Bourgue). — Association des amis du Musée de la Résistance et de la Déportation, La mémoire gravée. Monuments, stèles et plaques commémoratifs de la Seconde Guerre mondiale dans le département de Vaucluse, Fontaine-de-Vaucluse, Musée d’Histoire, 2002, p. 37. — Madeleine Baudoin, Témoins de la Résistance en R2, intérêt du témoignage en histoire contemporaine, Aix-en-Provence, Université Aix-Marseille I, thèse doctorat d’État Histoire, 1977, tome II, p. 404 (témoignage de Paul Nouveau). — Louis Coste (dir.), La Résistance du pays d’Apt, de la Durance au Ventoux, Apt, 1974, rééd. 1982, p. 137-138. ⎯Jean-Paul Jouval, Mémorial des victimes des communes du canton d’Apt. Seconde Guerre mondiale, Indochine, Algérie, Apt, Le Souvenir français, 2017, p. 210-211. — Gérard Leboucher, Gordes. Le temps des artistes, Forcalquier, C’est-à-dire éditions, 2015. — état civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément