ALEPÉE François, Valentin

Par Jean-Jacques Doré

Né le 16 mars 1877 à Besançon (Doubs) ; ouvrier tailleur d’habits du Havre ; militant de la CGT et de la CGTU de 1910 à 1939.

Convaincu qu’il fallait défendre les intérêts des coupeurs-chemisiers et tailleurs d’habits largement exploités par leurs employeurs, François Alepée prit contact avec Geeroms, le secrétaire de l’Union locale du Havre en 1910 ; en quelques semaines de démarches et de réunions, ils mirent sur pied une organisation qui vit le jour en janvier 1911. Secrétaire du tout nouveau syndicat des tailleurs d’habits du Havre en 1911 et 1912, puis membre de la commission administrative en 1913 et 1914, Alepée siégea à la commission de contrôle de l’Union locale et fut délégué avec Constant Labesse au congrès constitutif de l’Union départementale de Seine-inférieure tenu au Havre le dimanche 29 octobre 1913.
Alepée fut de ces militants qui redonnèrent vie à la CGT à la fin de 1916, mais il adopta très rapidement une attitude critique à l’égard du bureau majoritaire de l’Union locale alors qu’il siégeait à la commission de contrôle jusqu’en 1920.

En 1922, François Alepée et la majorité du syndicat (qui devint l’Habillement) donnèrent leur adhésion à la CGTU.
Secrétaire de l’Habillement unitaire du Havre en 1922, 1923 et 1926, Alepée siégea à la commission de contrôle de l’Union locale en 1924.

En 1927, faute d’adhérents, le syndicat cessa de fonctionner. Il ne revit le jour qu’en 1936 après la fusion CGT-CGTU, François Alepée reprit du service dans le bureau élu cette année-ci : Oscar Laudéa était secrétaire, Louis Perrault secrétaire adjoint, Émile Puythorax trésorier, Charles Huré trésorier adjoint et François Alepée archiviste.

François Alepée, fils d’un homme de peine, s’était marié au Havre le 1er décembre 1900 avec Marguerite Gaillon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226555, notice ALEPÉE François, Valentin par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 26 avril 2020, dernière modification le 14 septembre 2020.

Par Jean-Jacques Doré

Sources : "Vérités" novembre 1913 et janvier 1914 - Arch. dép. de Seine-maritime 4 MP 55 - témoignages de Gaston Legoy et de Louis Eudier. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément