CAPITAIN René

Par Daniel Heudré

Né le 26 octobre 1895 à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine), exécuté sommairement le 7 juillet 1944 à Saint-Rémy-du-Plein (Ille-et-Vilaine) ; docker ; résistant FTP.

René Capitain fut gréeur aux Chantiers Navals de la Landriais avant de devenir gardien du port de yachts et docker à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine).

Début 1942, il entra dans le groupe de Résistance de Saint-Malo, commandé par Pierre Jouan (FTPF). Il rejoignit le maquis de Broualan et participa aux opérations de sauvetage du maquis.

Le 6 juillet 1944, une traction noire fut aperçue au Petit Mesnil, à Broualan et à Cuguen. Elle paraissait suspecte car quatre hommes armés de mitraillettes étaient à bord. Eux-mêmes prétendaient être des résistants de Savoie, souhaitant prendre connaissance avec les maquisards. En fait, il s’agissait de miliciens. René Capitain dut monter la garde avec Louis Bouteiller et René Brun. Ensuite, ils reçurent l’ordre de rejoindre le camp de Buzot. Après une visite à Broualan chez Joseph Hue, forgeron, l’heure étant tardive, ils se résignèrent à passer la nuit dans le grenier d’une étable, à la ferme de la Lopinière. Dans la nuit, des rondes furent organisées autour du maquis, les sentinelles aux aguets. Un milicien fut aperçu avec une mitraillette et prit la fuite après les sommations. Le maquis fut alors évacué, par peur d’un encerclement qui aurait été fatal. Le 7 juillet 1944, le jour n’étant pas encore levé, les miliciens arrivèrent à la Lopinière et capturèrent René Capitain et les autres résistants enfermés dans le grenier. Lui-même se retrouva face à deux miliciens et se débattit, mais suite à l’arrivée de nouveaux miliciens, il fut arrêté, roué de coups et emmené dans une voiture. Les fermes de la Lopinière furent pillées et incendiées. Conduit à Broualan, il fut torturé à nouveau et abandonné à 150 mètres du Rocher de la Ville Ameline.
Des habitants de la commune, informés du carnage, découvrirent le charnier. On décida de conduire les cadavres à l’école des filles de Saint-Rémy-du-Plain puis de les inhumer dans le cimetière communal. Peu de temps après, les corps seront repris par leurs familles. Ils avaient pour noms, René Capitain, Jean Lambert, Armand Pasquet, Joseph Lemonnier, Michel Renaut et un parachutiste américain George E. Hendrickson. Leurs noms sont inscrits sur le monument près de l’église de Broualan et sur celui de Saint-Rémy-du-Plain.
René Capitain a été homologué résistant FFI.

Son nom est indiqué sur le monument aux morts de Saint-Malo. Une stèle dans le quartier de Rocabey porte son nom ainsi qu’une impasse jouxtant la rue.

Broualan (Ille-et-Vilaine) 7 juillet 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226585, notice CAPITAIN René par Daniel Heudré, version mise en ligne le 24 avril 2020, dernière modification le 23 août 2021.

Par Daniel Heudré

SOURCES : Arch. Dép. Ille-et-Vilaine, 167 J. — René Brune, Broualan, Éditions Danclau, 1995. — Mémoire des Hommes. — SHD, Vincennes, GR16P 105182 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément