BIGOT Yves [Seine-Maritime]

Par Jean-Jacques Doré

Né le 13 octobre 1892 à Plougasnou (Finistère), mort le 22 mars 1960 au Havre (Seine-Maritime) ; marin puis facteur mixte de gare à Bréauté-Beuzeville (Seine-inférieure, Seine-Maritime) puis au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; syndicaliste de la CGT ; communiste.

Fils d’un couple de cultivateurs, Yves Bigot, « 1m59, cheveux châtains aux yeux gris » selon son matricule militaire, signa une inscription maritime à Morlaix (Finistère) n°8361 et fut appelé par « l’armée de mer » le 13 octobre 1902. Le matelot timonier Bigot, rendu à la vie civile le 13 août 1906, entra aux chemins de fer de l’Ouest le 1er août 1908, affecté comme facteur à Bréauté-Beuzeville le 1er décembre 1909.

Par son active propagande, il s’imposa comme l’un des principaux dirigeants du syndicat CGT des Cheminots de Bréauté. Gréviste en 1910, il fit campagne contre la "loi de trois ans" en 1913, ce qui lui valut une semaine de prison et une suspension de huit jours pour avoir placardé des affiches de la CGT et fait circuler une pétition.

Mobilisé dans l’infanterie le 2 septembre 1914 puis affecté spécial comme facteur mixte à la gare du Havre des chemins de fer de l’État le 6 mai 1916, il y resta en poste après sa libération en 1919. Un des meneurs de la grève de mai 1920, il échappa à la radiation mais fut rétrogradé.

Membre de la SFIC dès 1921, il présida l’ARAC du Havre mais cessa de militer activement en 1922. Il fut pourtant inscrit au carnet B de la Seine-inférieure le 7 février 1923 comme « antimilitariste et syndicaliste révolutionnaire ».

Yves Bigot s’était marié au Havre le 4 août 1917 avec Charlotte Lemoine ; retraité des chemins de fer en mars 1940, il mourut au Havre le 22 mars 1960.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226713, notice BIGOT Yves [Seine-Maritime] par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 8 mars 2022, dernière modification le 8 décembre 2022.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime, 1 MP 1032, 10 MP 1313 Grève des cheminots 1920. — Arch. Dép. Finistère, État civil, Matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément