BONNET Lucien

Par Jacques Girault

Professeur dans le Rhône ; militant du SPET puis du SNET.

Lucien Bonnet, professeur à l’école nationale professionnelle de la Martinière à Lyon puis à l’école pratique de Tarare (Rhône), militait dans la 7e région du Syndicat du personnel des établissements publics d’enseignement technique de France et des colonies dans les années 1930.

Il fit voter une motion au congrès national de Pâques 1938 pour préciser l’organisation et la préparation des congrès nationaux ; dans le débat de politique générale, il défendit les pacifistes qui ne pouvaient être assimilés aux Cagoulards. Au congrès des 3 et 4 avril 1939, il fut élu secrétaire de la section A. À ce congrès, il s’éleva contre la tendance de certains camarades à rejeter uniquement la responsabilité de l’échec de la grève du 30 novembre 1938 sur les organisations syndicales et leurs dirigeants. Tout en défendant l’indépendance syndicale vis-à-vis des partis politiques, il marqua le danger d’un corporatisme étroit et invita les syndiqués à s’intéresser de façon particulière au Plan de la CGT et de façon plus générale à la vie de la confédération qui devait rester unie.

Il habitait 11 rue Constantine à Lyon. Il prit sa retraite à l’ENP de Lyon en 1956.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226724, notice BONNET Lucien par Jacques Girault, version mise en ligne le 27 avril 2020, dernière modification le 22 août 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat. 26610. — Le Travailleur de l’enseignement technique. — Notes d’Alain Dalançon

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément