LOISIER Antoinette, Elisabeth

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Née le 24 août 1904 à Sermaize-les-Bains (Marne), décédée le 30 août 1944 à Sermaize-les-Bains ; victime civile.

Antoinette Loisier était la fille de Lucien Henry Loisier, décédé, et de Marie Catherine Trinité Denis. Célibataire, elle était domiciliée chez sa mère, rue de Saint-Dizier à Sermaize-les-Bains (Marne).

Le 29 août 1944, alors que ses habitants attendaient la libération qu’ils sentaient toute proche, la ville de Sermaize-les-Bains connut des heures tragiques.
Vers midi trente, des soldats allemands investirent la ville, tirant sur les passants et lançant des plaquettes incendiaires qui mirent le feu à une quarantaine de maisons.
Douze civils ont été abattus ou brûlés vifs dans leurs maisons.
Antoinette Loisier a été mortellement blessée par un tir de mitraillette, alors qu’elle portait secours à sa mère Marie Loisier née Denis que les Allemands venaient d’asperger d’essence, et elle est décédée dans la nuit du 29 au 30 août 1944. Sa mère, grièvement brûlée, a été emmenée à l’Hôpital de Saint-Dizier (Haute-Marne), où elle est décédée des suites de ses blessures le 16 octobre 1944. Le nom de Marie Loisier et celui d’André Froment décédé lui aussi des suites de ses blessures ont été ajoutés à la liste des autres victimes civiles du 29 août : Roger Chollet, Marie Louis Delissus, Henri Fritsch, Georges Lambert, Pierre Mansion, Louise Paul née Cormann, Albert Petit et son épouse Marie Petit née Tixier, Paul Schaff et son épouse Paulette Schaff née Page.

L’acte de décès numéro 32 dressé le 1er septembre 1944 à l’état-civil de Sermaize-les-Bains déclare Antoinette Loisier « Victime de la guerre », décédée le 30 août 1944 à deux heures rue de Saint-Dizier.

On a longtemps cru que ce massacre avait été perpétré par des SS. L’historien Jean-Pierre Harbulot a établi qu’il s’agissait de soldats ordinaires appartenant au 29e Régiment de Panzergrenadier, une « unité conventionnelle de l’armée régulière », autrement dit de « soldats ordinaires » de la Wehrmacht. Ce régiment faisait partie de la 3e Division de Panzergrenadier qui, après avoir combattu sur le front de l’Est en Russie, puis en Italie dans la région de Florence, a été ramené en Allemagne, rééquipé et renforcé, puis envoyé en France pour protéger la retraite de la Wehrmacht et ralentir l’avancée des la IIIe Armée américaine du général Patton.
Du 29 au 31 août 1944, des unités appartenant à ce régiment se sont livrées à des exactions à Sermaize-les-Bains et dans les villages meusiens de la vallée de la Saulx, Robert-Espagne, Couvonges, Beurey-sur-Saulx et Mognéville : exécutions sommaires, massacres de civils, maisons incendiées.

Sur le monument aux morts de Sermaize-les-Bains, le nom d’Antoinette Loisier est inscrit avec celui de sa mère Marie Denis veuve Loisier sur la liste des « Victimes civiles » de la 2e guerre mondiale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226785, notice LOISIER Antoinette, Elisabeth par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 29 avril 2020, dernière modification le 7 mai 2020.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Sur le monument aux morts</br> de Sermaize-les-Bains
Sur le monument aux morts
de Sermaize-les-Bains
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : Arch Dép. Marne, M 4774, Membres de la résistance tués au combat ou fusillés après capture, fusillés ou exécutés par les Allemands, autres victimes. – Mairie de Sermaize-les-Bains. – Jean-Pierre Harbulot, " Les massacres du 29 août 1944 dans la vallée de la Saulx et leurs suites judiciaires ", Meuse en guerres, Bar-le-Duc, Société des lettres, sciences et arts, 2010. – Mémorial Genweb. – État civil, Sermaize-les-Bains (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément