MERMET André, Maximin [pseudonyme dans la Résistance : lieutenant Jean-Claude puis lieutenant Christian]

Par Jean-Marie Guillon

Né le 10 mars 1919 à Briançon (Hautes-Alpes), mort des suites de ses blessures le 11 octobre 1944 à Briançon ; instituteur ; officier Organisation de Résistance de l’armée (ORA).

Fils de Maximin Mermet, cultivateur, et de Marie Thomasset, sans profession, marié à Briançon le 4 septembre 1943 avec Andrée Garambois, André Mermet était instituteur à La Bâtie-Vieille (Hautes-Alpes). Officier de réserve, il participa à la Résistance avec l’Armée secrète et l’ORA. Ayant échappé de justesse à l’arrestation le 11 février 1944 à l’école de La Bâtie-Vieille, il rejoignit le camp du Forest qui était l’un des trois camps du maquis ORA de Chorges (Hautes-Alpes). Avec le pseudonyme de lieutenant Jean-Claude, il devint l’adjoint des lieutenants Radius (voir ce nom) et Rouxel qui dirigeaient le maquis. Il fut ensuite envoyé par ce dernier pour diriger le camp de Bréziers. Il fut désigné pour prendre le commandement du maquis de Chorges et du Secteur B FFI Chorges après les arrestations de Radius et Rouxel. Devenu le lieutenant Christian, il prit part avec ses hommes aux actions menées depuis la mobilisation de la Résistance en juin 1944. Ayant rejoint Ancelle (Hautes-Alpes) en juillet, il fut partie prenant de la libération de Gap, préfecture des Hautes-Alpes, partant le 20 août en direction de La Bâtie-Neuve pour assurer notamment la couverture sud de cette opération. Il continua la guerre sur la frontière italienne au sein du Bataillon des hautes-Alpes devenu le 11e bataillon de chasseurs alpins. Il trouva la mort dans le Queyras, à Aiguilles, en sautant sur une mine et mourut à Briançon le 11 octobre 1944.
La mention « Mort pour la France » lui a été attribuée. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Briançon et sur le monument de Laye (Hautes-Alpes) « aux héros résistants du Champsaur et Valgaudemar. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226897, notice MERMET André, Maximin [pseudonyme dans la Résistance : lieutenant Jean-Claude puis lieutenant Christian] par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 10 mai 2020, dernière modification le 28 juin 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : sites internet Mémoire des hommes SHD Caen AC 21 P 89705 et champsaur.net/morts-pour-la-france-dans-le-champsaur-en-39-45. ⎯ Comité d‘histoire de l’Occupation et de la Libération de la France, Hautes-Alpes, Renseignements d’opérations, sd, dactylog., p. 18. ⎯ Richard Duchamblo, Cahiers "Maquisards et Gestapo", Gap, Ribaud Frères, 1945-1949, reprint 2005, Gap, Éd. des Hautes-Alpes, tome 2, 13e et 17e cahiers en particulier. ⎯ état civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément