COQUEREL Alexandre, Gaston

Par Jean-Jacques Doré

Né le 21 février 1885 à Fécamp (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; mouleur de Fécamp puis du Havre (Seine-Inférieure-Seine-Maritime) ; anarcho-syndicaliste.

Fils d’un cordonnier et d’une couturière, Alexandre Coquerel après une formation de mouleur, effectua son service militaire dans l’infanterie de 1906 à 1908. Le caporal tambour fut embauché dans une usine métallurgique de Fécamp et il participa à la fondation d’un éphémère syndicat CGT des Mouleurs de Fécamp le 16 juin 1911 ; Georges Durand était secrétaire, Raymond Millet secrétaire adjoint, Marcel Lenotre trésorier et Alexandre Coquerel trésorier adjoint.

Embauché au Havre en 1913, mobilisé le 4 août 1914 et blessé en 1915, il fut détaché le 15 juillet 1915 à la société Westinghouse. Au mois d’août 1916, alors que les usines métallurgiques du Havre tournaient à plein régime avec le concours de nombreux affectés spéciaux mis à disposition par les autorités militaires, le syndicat CGT des Métaux du Havre fut réactivé avec à sa tête un bureau favorable à l’union sacrée, Bouty (secrétaire), Charles Le Chapelain (secrétaire adjoint) et Abel Viandier (trésorier). Le syndicat connut une croissance continue, 2 000 adhérents en janvier 1917 puis 4 500 un an plus tard, renforçant d’autant la tendance minoritaire hostile à la guerre.

Le 30 janvier 1918, le bureau sortant fut mis en minorité et le 3 février la nouvelle équipe élue comprenait Gaston Patout secrétaire, Louis Legrain secrétaire adjoint et Marcel Boulard trésorier. Le nouveau bureau fit adopter un ordre du jour qui prévoyait la lutte pour l’augmentation des salaires et la fin de la guerre ; il donna en outre son adhésion au Comité de défense syndicaliste (CDS). Le mouvement orchestré par le syndicat provoqua la réaction des autorités militaires, deux membres de la Commission administrative ( Georges Souday et Claude Berthelon) furent arrêtés et 21 meneurs furent déplacés.

Le syndicat décapité, le nouveau bureau élu le 23 juin 1918 était dirigé par Louis Legrain et Alexandre Coquerel siégea à la commission administrative. Avec 4 500 adhérents, il était avec le syndicat des Cheminots de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) l’organisation minoritaire la plus puissante du département.

Le 2 décembre 1919, Coquerel fut élu trésorier du syndicat général, il était entouré de Louis Legrain secrétaire, Marcel Coursolles et Augustin Duval secrétaires adjoints, Maurice Gilles trésorier adjoint et Charles Roger archiviste. Supplanté un temps par Coursolles, il géra à nouveau la trésorerie de l’organisation dirigée alors par Henri Quesnel à partir du 26 juin 1921. Qualifié "d’anarcho-syndicaliste" par une fiche de police, il approuva l’adhésion à la CGTU début 1922 et toujours trésorier du syndicat, joua un rôle important pendant les 111 jours de la grande grève des métallos du Havre (de juin à octobre 1922).

En octobre 1923, en butte aux critiques soulevées par l’échec de la grève et la désaffection des militants, il démissionna avec tout le bureau du syndicat unitaire dirigé par Henri Quesnel.

Embauché à la manufacture des tabacs du Havre au début des années 1930, il succéda à Albert Tasserie comme secrétaire du syndicat CGT des Tabacs Transit de 1932 à 1934, il était archiviste en 1935.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article226986, notice COQUEREL Alexandre, Gaston par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 24 janvier 2021, dernière modification le 25 janvier 2021.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-maritime 10 MP 1410 bis Syndicats dissous après 1936, 10 MP 412 Syndicats du Havre avant 1914, 4 MP 1810 Réunions syndicales au Havre 1919-1925, État civil, Registre matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément