HEURTEAUX Charles, Eugène, Albert

Par Jean-Jacques Doré

Né le 6 juillet 1879 à Caen (Calvados), mort le 16 août 1934 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; tourneur sur métaux aux ateliers des Chemins de fer de l’État du Havre ; membre du syndicat des Cheminots du Havre ; membre du conseil de l’Union État en 1919-1920.

Fils d’un charron, Charles Heurteaux entra comme ajusteur au dépôt du Havre le 13 août 1902 ; nommé en 1906 chauffeur au dépôt des Batignolles à Paris, il fut promu mécanicien de 1ère classe le 1er août 1908. Toujours aux Batignolles au début de la guerre, il fut déplacé, pour raison de santé, en septembre 1916 aux ateliers de Châteaubriant (Loire-Inférieure) où il travailla comme tourneur.

À la fin de la guerre, il obtint son affectation au dépôt du Havre où il arriva le 1er janvier 1919. Inscrit au syndicat dans les jours qui suivirent, il fut très vite élu responsable de la section technique et siègea à la commission administrative. Délégué au congrès du réseau Ouest la même année, lorsque les minoritaires prirent le contrôle de l’organisation, il devint membre de la Commission exécutive bien qu’il ne soit prononcé pour aucune des deux tendances.

Dans les mois qui suivirent, il s’imposa comme le principal lieutenant du secrétaire des Cheminots, Francis Fouré et dirigea avec lui les grèves de février et de mai 1920. Le 11 mai, la police opéra un large coup de filet dans lequel il fut pris avec Fouré, Gateau et Alliet, puis révoqué des chemins de fer de l’État le 14 mai.

Après sa libération, il se rallia aux minoritaires et adhéra à la SFIC (futur PCF) en 1922.

Inscrit au carnet B de la Seine-Inférieure le 7 févier 1923, il fut réintégré aux chemins de fer le 7 février 1924 et redevint l’un des militants les plus actifs du syndicat unitaire des Cheminots, sans toutefois accéder à aucune responsabilité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article227320, notice HEURTEAUX Charles, Eugène, Albert par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 8 mai 2020, dernière modification le 3 juillet 2020.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime, 1 MP 611 Radiés du carnet B, 1 MP 495 Grèves de 1920, 2 Z 182.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément