DEVOUCOUX Roger, Robert, Louis

Par Jean-Marie Guillon

Né le 29 mai 1912 à Toulon (Var), abattu le 20 septembre 1944 à La Bresse (Vosges) ; officier ; résistant Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Fils de Claude Henri Devoucoux, commis greffier à la prison civile de Château-Chinon (Nièvre) puis de Toulon, et de Marie Françoise Joséphine Sanseau, Roger Devoucoux fut à onze ans élève de l’École militaire d’Autun (Saône-et-Loire) jusqu’à la préparation à Saint-Cyr. Admis à Saint-Cyr en 1932, il en sort deux ans après sous-lieutenant. Marié à Antibes (Alpes-Maritimes) avec Hélène Marie Marchi le 11 août 1937, il est affecté en 1938 en Algérie puis, en 1939, aux Affaires indigènes en Tunisie. Après avoir participé aux combats de 1939-1940, il est en poste à Loches (Indre-et-Loire). Il réside à Rupt-sur-Moselle (Vosges) vraisemblablement après avoir été mis en congé d’armistice ou après la dissolution de l’armée d’armistice le 27 novembre 1942. Il entre là dans la Résistance, prend le maquis à l’été 1944 comme adjoint au chef de groupement de Noiregoutte (Vosges). Ce camp fut attaqué par la Wehrmacht le 16 septembre 1944. Le capitaine Devoucoux fut porté disparu. Son épouse s’engagea pour obtenir des informations. Elle se trouvait à Baden-Baden (Allemagne) lorsqu’en 1946 elle fut avisée que le corps de son mari avait été identifié dans le charnier de La Bresse (Vosges) où vingt-sept maquisards avaient été exécutés par les Allemands le 20 septembre 1944. Il avait été tué d’une balle dans la nuque.
Inhumé provisoirement dans le cimetière militaire du Bennevise à Rupt, il fut reconnu « Mort pour la France ». Son nom figure sur le monument aux morts, à Rupt-sur-Moselle, sur le monument du maquis de la Piquante Pierre (Basse-sur-le-Rupt, Vosges) et le monument commémoratif des Enfants de troupes, à Clavières (Cantal). Il a été donné à une avenue de Toulon (Champ-de-Mars) le 5 juin 1981.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article227422, notice DEVOUCOUX Roger, Robert, Louis par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 11 mai 2020, dernière modification le 22 janvier 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : site internet Mémoire des hommes SHD Caen AC 21 P 119336 et Vincennes GR 16 P 182988 (à consulter). — Mémorial Genweb. — Ville de Toulon, Les noms des rues, tome 2 Saint-Jean-du-Var, Toulon, 1995, p. 49.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément