ANGELINI Henri, Dominique, Joseph

Par Jean-Marie Guillon, Jean-Luc Marquer

Né le 31 octobre 1908 à Sarzana (Italie), sommairement exécuté, fusillé par des Allemands le 28 août 1944 à Tournon, aujourd’hui Tournon-sur-Rhône (Ardèche) ; chauffeur de camion ; maquisard Armée secrète (AS).

Henri, Dominique, Joseph Angelini était le fils de Pierre Angelini et de Jeannette Cristelli.
Il épousa Charlotte, Amélie, Julie Gonnon le 27 juin 1935 à La Valette-du-Var où il résidait. Il était employé comme chauffeur de camion. Mobilisé en 1939, prisonnier dans la poche de Dunkerque le 4 juin 1940, il s’était évadé en 1942 et avait rejoint La Valette. Il avait été embauché par une entreprise travaillant pour l’arsenal de Toulon. Avec la menace des bombardements, sa famille s’était réfugiée en Ardèche d’où son épouse était originaire. Il la rejoignit et intégra le maquis le 1er juin 1944. Il faisait partie de la 24e compagnie AS de l’Ardèche, secteur B, qui combattait autour de Saint-Péray (Ardèche) au moment où les troupes allemandes se repliaient après le débarquement du 15 août en Méditerranée. Envoyé chercher les servants de mitrailleuse sur les bords du Rhône alors que son unité se repliait à l’approche d’une forte colonne allemande, l’une des dernières, le groupe dont il faisait partie fut fait prisonnier après avoir épuisé ses munitions par des éclaireurs le 27 août au soir à La Beylesse, à la sortie de Saint-Péray. Henri Angelini et Henri Riou furent exécutés à coups de mitraillette dans le dos le 28 août 1944 à Tournon, aujourd’hui Tournon-sur-Rhône (Ardèche) près de l’usine Grange, allée des Dames, après avoir été obligés de travailler toute la journée.
L’acte de décès fut établi le 29 août 1944 sur la déclaration de sa veuve, habitant traverse de l’Institut à Toulon (Var).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué sergent-chef des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) et considéré comme interné résistant. Il fut décoré de la Croix de Guerre avec étoile vermeil, le 6 juillet 1945. Cette nouvelle citation annulait sa citation à l’ordre de la division du 16 juin précédent.
Une plaque commémorative a été apposée allée des Dames à Tournon où ils ont été exécutés. Son nom a été donné à une rue de La Valette et il figure sur le monument aux morts au carré militaire du cimetière de la localité, où il est enterré.


Voir : Tournon, juin à août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article227481, notice ANGELINI Henri, Dominique, Joseph par Jean-Marie Guillon, Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 12 mai 2020, dernière modification le 3 septembre 2022.

Par Jean-Marie Guillon, Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. dép. Var 1970 W 4 (dossier ONAC), 37 J 11/10 n°474 (fonds FFI) et 45 J (fonds Amigas/German). — site Mémoire des hommes, AVCC, Caen AC 21 P 7996, 21 P 698029 (nc) et SHD, Vincennes GR 16 P 13694 (nc) ; GR 19 P 7/29, p. 12. — Louis-Frédéric Ducros, Montagnes ardéchoises dans la guerre, tome III, Valence, 1981, p. 386 (avec erreur sur le prénom). ⎯ Mémorial de la Résistance en Ardèche, Aubenas, ANACR, 1994, p. 80 et 114 (avec erreur de date et lieu de naissance). ⎯ témoignage. — État civil, acte de décès n°140.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément