FRANCIER Eloi [Dictionnaire des anarchistes]

Par Dominique Petit

Né le 20 octobre 1853 à Resson-le-Long (Aisne) ; mort le 8 juin 1898 à Paris (XIIe arr.) ; ébéniste ; anarchiste parisien.

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

Quelques instants après l’exécution d’Emile Henry, le 21 mai 1894, Eloi Francier, 13 cité Industrielle avait été arrêté. Il avait crié : « Vive Emile Henry ! Vive l’anarchie ! »
Après avoir été interrogé par M. Leygonie, commissaire de police, il avait été dirigé sur le Dépôt et photographié par le Service d’identité judiciaire.
Le 1er juillet 1894, lors de la rafle de 155 anarchistes, son domicile 14 rue Godefroy Cavaignac fut perquisitionné, sans résultat. Il était arrêté de nouveau. Le 2 juillet il était mis à la disposition de l’autorité judiciaire, pour association de malfaiteurs.
Son dossier à la Préfecture de police portait le n°335.116.
Au moment de son décès il demeurait 7 rue Neuve des Boulets dans le XIe arrondissement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article227498, notice FRANCIER Eloi [Dictionnaire des anarchistes] par Dominique Petit, version mise en ligne le 11 mai 2020, dernière modification le 11 mai 2020.

Par Dominique Petit

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York
Fiche photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

SOURCES :
Archives de la Préfecture de police Ba 1500 — Gil Blas 23 mai 1894 — Le Rappel 23 mai 1894 — Archives de Paris. Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément