ROLLANDI Georges, Lucien alias Jo dans la résistance

Par Patrick Bec

Né le 13 janvier 1922 à Paris (ex Seine), XIVe arr., exécuté sommairement le 22 juin 1944 à Fournels (Lozère) ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Lucien Rollandi est le fils de Gaston, Auguste, Joseph Rollandi, préparateur en pharmacie, 23 ans, originaire de Toulon (Var) et de Lucie, Germaine, Cornélie Bommel, née à Rosendael de Dunkerque (Nord), 22 ans, culottière, mariés à Paris (Ier arr.) le 4 décembre 1920. Il était marié avec Lucienne N’Guia et vivait à Avignon (Vaucluse) où ils élevaient leur fils Georges.
En 1944, réfractaire au STO, il s’était réfugié dans une famille de la commune de Maurines (Cantal).
Il entra en résistance lors des combats de la libération le 10 juin 1944 où il rejoignit les résistants du maquis Revanche à Chaudes-Aigues (Cantal) et le service de santé de Maurines. Le 20 juin, quand le Groupe Revanche quitta Maurines, Rollandi décida de rester ici pour travailler pour M. Pépin. Il aurait donc quitté le maquis ce jour, conservant sur lui le blouson de cuir des maquisards. Au soir du 20 juin, en compagnie de M. Pépin, du docteur Mallet et de son fils Étienne il partit se cacher dans les gorges du Bès. C’est là que le docteur, son fils et Rollandi tombèrent sans arme dans une embuscade à Arzenc-d’Apcher (Lozère) avec Pierre Aubert. Il furent transférés à Fournels (Lozère) où ils restèrent exposés toute la journée au soleil. Le soir, ils furent enfermés dans une grange où toute la nuit un voisin les entendit hurler et crier. Il fut ensuite exécuté sommairement d’une balle dans la nuque.

Georges Lucien Rollandi avait 22 ans.
Il obtint la mention Mort pour la France.

Le nom de Georges, Lucien Rollandi est inscrit sur le monument aux Morts de Maurines où il fut inhumé le 7 novembre 1944 (ainsi que ses parents en 1995), et sur le monument des Résistants de Saint-Flour (Cantal).

Il fut inhumé au cimetière de Fournels puis de Maurines (Cantal). Ses parents, décédés en 1995, furent inhumés à Maurines.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article227545, notice ROLLANDI Georges, Lucien alias Jo dans la résistance par Patrick Bec, version mise en ligne le 12 mai 2020, dernière modification le 11 janvier 2022.

Par Patrick Bec

SOURCES : Arch. Dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 149 : crimes de guerre à Maurines. — SHD Vincennes, GR 16 P 518569, dossier Résistant de Georges Lucien Rollandi (nc). — AVCC Caen, AC 21 P 146207, dossier Georges Lucien Rollandi (nc). — Eugène Martres, Le Cantal de 1939 à 1945, les troupes allemandes à travers le Massif Central, Cournon, De Borée 1993. . — Jean Favier, Lieux de Mémoire et Monuments du Souvenir, Aurillac, éd. Albédia, 2007 . —Gérard Crevon, Jean Favier, Revanche, le maquis de Chaudes-Aigues. Tome 1 : le Groupe Revanche, 9-10 octobre 1943-20 juin 1944, Anterrieux, Musée de la Résistance, 2006, 198 p. — Mgr de La Vaissière, Les journées tragiques dans le diocèse de Saint-Flour, Saint-Flour, Imprimerie Clavel, 1944 . — État civil (AD 15 en ligne, Arch. de Paris, Geneanet) . — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément