POMPIER Jean

Par Patrick Bec

Né le 2 août 1920 au Quié, commune de Parlan (Cantal), mort en action le 2 juillet 1944 à Saint-Saury (Cantal) ; résistant au sein des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Jean Pompier était le fils naturel de Maria Pompier, domestique à Labellie, commune de Parlan, qui vivait avec sa mère Léontine Lafarguette, cultivatrice divorcée début 1920.
En 1944, il était célibataire et rejoignit la résistance dans la compagnie FFI André Oheix “André” qui faisait partie des maquis des Luzettes aux confins du Lot et du Cantal. Il relevait du CHR Maquis de la Fombelle.

Sous l’impulsion de Charles Henri Tricot, Joseph Dauzier, MUR de l’arrondissement d’Aurillac, Claude Bickart Béchard (né en 1919, membre du Front national en 1942-43) arrivé le 1er mars 1944 se rendit au maquis de Saint-Saury le 3 juin. Le 6 le lieutenant André Oheix (né en 1918) fut parachuté sur le terrain Chénier. M. Rispal précise que c’est sous les ordres du commandant britannique Macpherson et commandé directement par André Oheix, qu’il instruisit et forma les membres de la compagnie André dans le bois de la Fontbelle qui bénéficiait d’une infrastructure élaborée. Le groupe effectua 13 sabotages de voies ferrées et ponts dans le secteur.
Le 2 juillet 1944 ce fut le tour du pont ferroviaire d’Ytrac près d’Aurillac qui, détruit, interdisait tout trafic vers le sud, le nord et l’ouest du département.
C’est certainement lors de cette opération de sabotage que Jean Pompier fut victime d’un accident. Il allait avoir 22 ans.
Le 25 août, pour fêter la libération de la Mayenne d’où était originaire André Oheix, un hommage fut rendu au Bois de la Fontbelle, sur leurs tombes, à Paul Caniot (blessé mortellement aux Estresses) et à Jean Pompier, tué accidentellement, témoigne Jean Thers pour M. Rispal. Il avait 24 ans.

Le nom de Jean Pompier est inscrit sur le monument aux morts de Parlan.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article227559, notice POMPIER Jean par Patrick Bec, version mise en ligne le 12 mai 2020, dernière modification le 12 janvier 2022.

Par Patrick Bec

SOURCES : SHD Vincennes, GR 19 p 15/46 : MUR : Maquis de la Luzette et de l’enseigne de la Fombelle. —AVCC, dossier Jean Pompier : AC 21 P 136931 (nc). — Manuel Rispal, La Libération désirée, tome 2 1940-printemps 1945, Ytrac, éditions Authrefois, 2016 . — Manuel Rispal, Chouette, Noisette et Luzettes, Scènes de Résistance en Châtaigneraie cantalienne, en Ségala lotois et dans le Bassin aurillacois, tome 1 1940-juin 1944, Ytrac, éditions Authrefois, 2014 . — Arch. dép. du Cantal (Etat-civil, recensement) . — Mémorialgenweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément