BLACAS Jean, Joseph, Pierre

Par Jacques Girault

Né le 24 septembre 1914 à Solliès-Pont (Var), mort le 4 mars 1999 à Toulon (Var) ; ouvrier à l’Arsenal maritime ; militant syndical (CGT) ; militant communiste.

Fils d’un boulanger devenu ouvrier des chemins de fer, communiste, Jean Blacas, pupille de la Nation en 1920, titulaire du certificat d’études primaires, devint ouvrier ajusteur à l’atelier des machines à l’Arsenal maritime de Toulon en 1935 après avoir effectué son service militaire dans la Marine nationale comme matelot ajusteur mécanicien. Après trois années de détachement au Sénégal, il retrouva son poste en 1948.

Marié en septembre 1937 à Toulon, divorcé en 1942, père d’une fille, il épousa en février 1947 à Toulon une aide-comptable, fille d’un ouvrier riveur d’origine corse à l’arsenal, sympathisant socialiste. Le couple et la fille du mari habitaient rue des Boucheries à Toulon.

Jean Blacas adhéra au syndicat CGT dès 1935 et devint rapidement un des receveurs dans l’atelier des machines. Membre du conseil syndical pendant une année en 1944-1945, secrétaire général adjoint du syndicat ouvrier de la Marine à Dakar, il fut aussi membre du secrétariat de l’union CGT de Dakar et secrétaire du comité de coordination de syndicats CGT de l’Afrique occidentale française. Revenu à l’arsenal de Toulon, il entra au secrétariat de la section syndicale de son atelier de 1949 à 1954 et fut membre de la commission exécutive de la section de l’arsenal. Il dirigea de nombreuses luttes dans son atelier. Ayant changé d’emploi cette année-là, il militait à partir de 1954 dans le syndicat CGT des personnels civils de l’arsenal.

Jean Blacas adhéra au Parti communiste français en 1944 à la cellule communiste de son atelier et devint rapidement membre du bureau de la section communiste de l’arsenal. A Dakar, membre du bureau du groupe d’études communistes, il appartint au Rassemblement démocratique africain. Il fut aussi membre du comité de la fédération communiste du Var après avoir suivi l’école fédérale de 1948. Après une interruption, pressenti en mai 1954 pour être à nouveau élu au comité fédéral, il refusa pour des raisons familiales.

SOURCES : Arch. Nat., F7/15371. — Arch. Fédération du Var du PCF.

Jacques Girault

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article227687, notice BLACAS Jean, Joseph, Pierre par Jacques Girault, version mise en ligne le 14 mai 2020, dernière modification le 3 juillet 2020.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F7/15371. — Arch. Fédération du Var du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément