RIGHETTI Félix

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né vers 1896 (lieu non connu), exécuté sommairement le 14 juillet 1944 à Corcelles, devenu Champdor-Corcelles en 2016 (Ain) ; résistant.

Félix Righetti exerçait le métier de manœuvre à Bellegarde.
Son cadavre fut retrouvé au lieu-dit La Pérouse à Corcelles le 14 juillet 1944. Il fut reconnu par les habitants comme le prisonnier, inconnu dans la région, qui avait été emmené par les Allemands la veille. Des papiers au nom de RIGHETTI Félix furent découverts sur son cadavre.
Il fait partie des 89 maquisards ou militaires tombés dans les combats de la Libération dans le département de l’Ain ou du Jura dont les corps ont été choisis pour être inhumés dans la Nécropole du Val d’Enfer, à Cerdon (Ain).
Il obtint la mention « Mort pour la France ».
Il est inhumé dans la tombe 68 au cimetière du Mémorial des maquis de l’Ain et de la Résistance, à Cerdon (Ain) depuis le 24 juin 1956.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article227711, notice RIGHETTI Félix par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 14 mai 2020, dernière modification le 28 juin 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Le livre noir des crimes Nazis dans l’Ain pendant l’Occupation, Les éditions du Bastion, p. 99-100.— Wikipédia Cimetière du mémorial des maquis de l’Ain et de la Résistance.— Patrimoine de l’Ain Monument départemental aux Maquis de l’Ain et du Haut-Jura à Cerdon.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément